Mireille Morgan-Smith

Rédigé par : Mireille Morgan-Smith

C'est avec plaisir que je recevrai vos questions et ressentis.
Visitez mon site web .theraneo.com/morgan-smith

LA LOI DE NON-INGÉRENCE
METEO ENERGETIQUE



 

ou pourquoi Donald Trump est devenu président des États-Unis ?

par Mireille MORGAN-SMITH

Le milliardaire américain devenu chef d’État est typiquement Gémeaux.

Que représente le Gémeaux ?

C’est le troisième Signe du Zodiaque, le troisième stade de développement du vivant.

Après être « né » en Bélier et s’être « substanté » en Taureau, maintenant en Gémeaux, on se met à parler et à marcher, comme le petit enfant qui débute dans la vie et accomplit ses premiers pas, gazouille ses premiers mots.

A ce stade, l’être vivant part à la découverte de son environnement proche, à commencer par son environnement social, frères et sœurs, voisins et voisines. Il développe sa communication, ses idées. Il commence à se déplacer sur de courtes distances. Il explore le monde à sa portée.

Le Gémeaux est un Signe d’Air, ce qui en fait un intellectuel, un bavard, qui sait retourner les idées comme une crêpe. A l’image de l’adolescent, ses préoccupations sont assez matérialistes : comment jouir de la vie qu’il découvre, comme le papillon qui butine de fleur en fleur. Esprit immature (ce n’est que le troisième Signe !), il est dans la joie de la découverte de la vie, l’enivrement de la jeunesse.

Mercure, prince des voleurs

La planète attachée au Gémeaux est Mercure. Pour comprendre le type Gémeaux, il faut cerner la « personnalité » de Mercure.

Dans la mythologie gréco-romaine, Mercure-Hermès est le dieu des voyageurs, des commerçants et des voleurs, et le messager des dieux.

C’est étonnant de constater comment les Anciens avaient mis en image poétiquement à travers leurs « dieux » les grands rouages de l’Univers. Il n’y a pas manière plus pédagogique d’expliquer à notre imagination ces énergies.

Un jeune dieu facétieux

Mercure naît des amours secrètes de Jupiter-Zeus et de Maia, la plus jeune des Pléïades. Dès le jour de sa naissance, il se débarrasse de ses langes et gagne, avec une rapidité incroyable, une région de Thessalie où il dérobe cinquante bœufs aux cornes d’or appartenant au dieu Apollon. En les faisant progresser à reculons et en chaussant lui-même ses sandales à l’envers, il brouille les pistes. Mais cette ruse est si extraordinaire qu’Apollon se doute qu’elle ne peut être que l’œuvre d’un dieu.

Mercure sacrifie deux bêtes du troupeau et, comme le veut la tradition, fait douze parts pour chacune des douze divinités et des parts pour les mortels. Aux dieux doivent revenir les meilleures parts, dont habituellement ils « hument » le fumet. Mais Mercure mélange les parts des immortels et des mortels, et brouille encore les règles. Il n’a aucun scrupule, car ce n’est que du jeu pour lui !

Lorsqu’il retourne dans la caverne qui l’a vu naître, il vole sa carapace à une tortue et utilise les boyaux des animaux sacrifiés pour en faire des cordes. Ainsi est inventée la lyre.

Apollon, par divination, apprend l’identité du voleur. Il se rend immédiatement auprès du berceau et somme l’enfant de lui rendre ses troupeaux. Il en appelle à Jupiter pour qu’il rende justice. Ce dernier, séduit par l’audace et l’habileté de son fils, cherche un accord à l’amiable. Apollon est charmé par les accents de la lyre et l’accepte en échange du troupeau.

Plus tard, Mercure échangera aussi la flûte de Pan contre la houlette d’or d’Apollon, baguette magique qui donne le pouvoir d’endormir les mortels. Mercure deviendra ainsi le maître du sommeil. Apollon lui enseignera aussi l’art de la divination.

Messager des dieux

Mercure « lie » les dieux de deux manière : il est leur messager, transmettant aussi bien les messages d’amour que les déclarations de guerre ; mais aussi il dérobe les objets et finit par relier les dieux entre eux par ces échanges. Il volera ainsi le sceptre de Jupiter, la ceinture de Vénus, les tenailles de Vulcain, l’épée de Mars… Mercure est un dieu qui ne cesse de voler, de mentir, de ruser. Il multiplie les échanges, les conspirations. On dit même que ses parjures déclenchent l’hilarité de l’Olympe.

Mercure fait circuler l’information, tout comme les nerfs dans le corps transmettent le plaisir et la douleur, sans faire de différence (en astrologie médicale, il est associé au système nerveux). Il est extrêmement rapide, d’où son nom, le « vif-argent ».

Le « petit vélo dans la tête »

Dans un premier temps, Mercure représente notre intelligence concrète, appliquée aux besoins du quotidien. On attribue au dieu l’invention de la langue et de l’écriture, ainsi que de multiples sciences. C’est un dieu industrieux, toujours occupé intellectuellement, toujours en mouvement.

Il est un médiateur, un guide, un passeur obligeant. C’est d’ailleurs cette proximité avec l’humanité qui lui vaut d’être obligé de conquérir ou de « négocier » sa divinité. On raconte qu’il menaça de piller le temple de Delphes si on ne l’acceptait pas au royaume des dieux…

Astronomiquement, la planète Mercure, première planète du système solaire, ne s’éloigne jamais du Soleil. Cela signifie que cette facette de notre personnalité ne permet pas le recul nécessaire à l’évolution de l’être, étant toujours sous l’emprise de l’Esprit, le moi égotique que représente le Soleil (au premier niveau).

Donner du poids aux paroles

Son défi est de comprendre que toutes les paroles ne se valent pas : un mensonge ne possède pas la valeur morale d’une promesse. Même si l’humain peut parler pour ne rien dire, faire de l’humour ou rire, son but ultime grâce à son intelligence est d’apprendre pour s’élever. Mercure permet la communication entre les hommes et les dieux, c’est à dire entre notre intelligence concrète et notre spiritualité.

Qui se chargera d’éduquer cet adolescent espiègle ? De lui mettre du plomb dans la tête ?

Saturne, le grand-père sévère, aussi rigide que Mercure est souple, aussi vieux que Mercure est jeune. C’est lui qui peut « faire grandir » l’énergie que représente Mercure, notre mental. Saturne possède le poids du plomb qui freine les agitations de Mercure. En astrologie, il représente le Surmoi, la règle de la société, inculquée par le père ; également le poids de nos « péchés », culpabilités, chagrins, regrets… En ralentissant Mercure, il l’oblige à approfondir ses idées, à se structurer, à mûrir.

Le guide des âmes

Tout comme Hécate, Mercure protège les carrefours, lieux privilégiés de la communication, ainsi que tout ce qui est lié au passage : porte, gond, etc.

L’une de ses grandes fonctions est son rôle de psychopompe. Si Thanatos est responsable de la mort, c’est Mercure qui est chargé de conduire les âmes vers les Enfers, à l’aide de son caducée. On ne peut mourir que lorsque Mercure a défait tous les liens unissant l’âme au corps.

Ces fonctions exigent de Mercure beaucoup d’habileté, de diplomatie, de ruse et d’ingéniosité, d’éloquence, toutes qualités que possède aussi le Gémeaux .

On lui attribue de nombreuses inventions : outre la lyre, il aurait inventé les routes et les sentiers, l’alphabet, l’astronomie, les mathématiques, le système des poids et des mesures, mis au point la syntaxe des phrases, donné des noms à des choses qui n’en avaient pas, enseigné aux hommes la gymnastique et la danse, favorisé les relations commerciales, fait jaillir la première flamme de deux morceaux de bois frottés l’un contre l’autre. Il est le protecteur de la « vraie science des dieux », d’après Jamblique.

Un dieu ambigu

Bienfaiteur de l’humanité, Mercure est néanmoins celui qui délivre Hadès de ses chaînes, et à cause de lui les hommes recommencent à mourir. Protecteur des voyageurs, il est aussi le dieu des brigands qui les détroussent. Dieu des bergers et des animaux, il est l’inventeur des sacrifices qui les met à mort. Associé à Vénus, il aide la jeune fille à quitter ses parents, brisant des liens pour en renouer d’autres quand elle se marie.

En quoi Donald Trump tient du Gémeaux ?

Avec son Soleil dans ce Signe, le président américain est marqué par cette énergie. Mais il ne s’y résume pas. Un thème natal montre la complexité d’une personnalité à travers la répartition de toutes les planètes dans les différents Signes : vous êtes un « bouquet » d’énergie, pas une seule fleur !

Alors que personne n’imaginait sérieusement qu’il emporterait les élections, et après moult péripéties, le « magicien » Trump les a gagnées le 8 novembre 2016.

Il a fait preuve d’une remarquable capacité d’adaptation – la souplesse du Gémeaux alliée à son sens de la communication – aux exigences du show-biz qu’est la mise en scène du candidat sur les plateaux télé américains. Lui, le « gosse de riche » beau-parleur, il a réussi à toucher l’imaginaire des couches humbles de la société américaine, qui l’a auréolé du mythe américain de « self-made man ». Le contraste entre ses origines élitistes et la masse populaire est pourtant saisissant. Comment tant de gens ont pu croire qu’il les comprenait alors qu’il était si éloigné de leur quotidien ?

Sa compétence Gémeaux lui a donné l’avantage de la communication et des médias, mais ce n’était pas suffisant. Il fallait aussi la puissance de Feu.

Son Ascendant Lion lui donnait une avance : une image naturellement solaire (le Lion est le Signe du Soleil). Mais cela n’aurait pas suffi s’il n’avait pas été accentué par la position de son Soleil progressé exactement arrivé sur son Ascendant. C’était donc l’heure pour lui de « dominer » la situation, de rugir, d’apposer sa griffe sur l’histoire de sa nation.

Le Lion est un acteur-né : sur une scène, sous les feux des projecteurs, il est très à l’aise et s’en donne à cœur joie. Napoléon, Barack Obama étaient eux aussi du Signe du Lion.

Mais comme tout Gémeaux, Donald Trump a ce côté ambigu, un genre « Docteur Jekyll-Mister Hyde » qui déconcerte son entourage.

Son Ascendant se trouve à l’extrême limite du Lion, ce qui lui met déjà un pied dans le Signe suivant, de la Vierge : il possède un double Ascendant, qui corrobore sa dualité de Gémeaux.

La Vierge est le Signe de la récolte autant que du perfectionnement et du service ; cette énergie rend humble car la Vierge timide n’aime pas se mettre en avant. Elle est tout le contraire du Lion, qu’elle réajuste dans ses excès.

C’est inconfortable d’avoir ainsi un double Ascendant : c’est comme si vous étiez assis entre deux chaises. Mais c’est aussi d’une richesse extraordinaire, car vous disposez de deux énergies très différentes pour vous réaliser, au lieu d’une.

Pendant sa campagne, Donald Trump a multiplié les déclarations tonitruantes dans tous les sens. Là aussi il manquait la profondeur de réflexion et la retenue, typique du Gémeaux. Il était impossible qu’il mette en œuvre tant de promesses tellement elles foisonnaient. C’est également le défaut du Gémeaux qui parle beaucoup et s’éparpille. Certaines affirmations étaient carrément extravagantes : construire un mur à la frontière mexicaine et renvoyer « chez eux » les 4,5 millions de migrants, dresser des barrières douanières face à la Chine, baisser les impôts des plus riches…

A la victoire de D. Trump, les félicitations de rigueur de la part de la communauté internationale étaient très circonspectes. Comment faire confiance à un homme aussi démagogue, sexiste, raciste, aux affaires douteuses, et surtout sans aucune expérience politique ?

Avec un opportunisme remarquable, dans son tout premier discours, Donald Trump s’est approprié les politiques des autres candidats écartés : lancer de grands travaux pour relancer l’économie américaine et l’emploi.

On doutait déjà de ses promesses de campagne, comme si on savait à quel point un Gémeaux peut facilement retourner sa veste, « et toujours du bon côté »…

Mais il ne pouvait en être autrement

Ce Signe de Feu brillant lui assurait un éclat bien plus puissant que celui de la Scorpion Ascendant Scorpion qu’était Hillary Clinton.

Encore là, il n’y a aucun hasard. Hillary Clinton s’est défendue avec acharnement, car elle est réellement une « guerrière » de la politique. Mais ce n’était ni son heure, ni dans son destin de gagner ces élections. Son Soleil natal est en Maison XII : elle est venue dans cette vie renoncer au pouvoir et aux autres vanités matérielles, comme l’ermite qui se retire dans un monastère pour y cultiver sa vie spirituelle. En astrologie traditionnelle, on l’appelle la « Maison des grandes épreuves ». D’autre part, elle a fait campagne au moment où la Lune noire traversait son Signe, le Scorpion. C’était l’indication d’une baisse de vitalité, d’une difficulté à s’accrocher à l’incarnation. Ceci a fait la différence dans le coude à coude qui l’a opposée à Donald Trump.

Qui est finalement ce « diable » de Trump ?

Que c’est mystérieux ! Finalement, c’est l’Univers qui a choisi cet homme pour le placer à la tête d’un des plus puissants États de la planète.

C’est un Gémeaux, Signe double par excellence.

Serait-il une sorte de « diable » ? Étymologiquement, le mot « diable » est basé sur la racine di, c’est celui qui désunit, qui introduit une dualité, une possibilité de choix entre le bien et le mal par exemple.

Peut-être que Donald Trump est celui qui, à force de provocations et de positions extrêmes, nous aidera à faire les bons choix pour la planète ?

Dans cette période de transformation de l’Humanité, de nombreux choix cruciaux sont à faire, concernant la politique, l’économie, la société…

« Et tout choix est un massacre de possibilités », me disait un de mes professeurs de la Sorbonne.

Ce qui est sûr, c’est que Donald Trump nous pousse déjà dans nos retranchements…

Source: http://www.theraneo.com/

[widgets_on_pages id= »NOELJUL »]

Partagé par laPresseGalactique.org - le Quotidien qui Réunit

NOUVEAUTÉS.


jemabonne

Print Friendly, PDF & Email
LA LOI DE NON-INGÉRENCE
METEO ENERGETIQUE