Yvan Poirier

Rédigé par : Yvan Poirier

POUR OBTENIR

  • LES 36 CODES DE DÉSACTIVATION DES ÉGRÉGORES - CLIQUER ICI
  • VOTRE ORIGINE STELLAIRE & LIGNÉES INTERSTELLAIRES - CLIQUER ICI

RÉDUITS pour tous les membres de la PG

PENSÉE DU JOUR
LE TEMPS DES RÉVÉLATIONS A SONNÉ - Tendances générales du mois de mai 2017

Face-à-face avec nos attachements et nos affects… (partie 2)

par Yvan Poirier

Peu importe qui nous sommes, nous avons et nous vivons tous et toutes des attachements et des affections vis-à-vis des gens. Nous devons apprendre à nous détacher, sans crainte, de regretter ou de nous sentir coupables. Si nous sommes soumis à une amitié, à un lien familial que ce soient notre conjoint ou conjointe ou même nos enfants, il ne faut pas les renier, mais plutôt leur porter une démonstration inconditionnelle de notre Amour.

Vous savez, sans doute, que la plus grande forme d’Amour envers une personne, c’est de la laisser libre! Cette liberté doit être faite et à observer comme étant une marque d’Amour, voire un témoignage de notre affection inconditionnelle à leur égard. C’est en fait, vivre et laisser vivre! Est-ce que nous renions quelqu’un quand nous le laissons libre de faire ce qu’il veut, ce qu’il pense ou ce qu’il fait de bon ou mauvais? Non, pas du tout! Notre appréciation de l’Amour dans une situation semblable est la plus grande marque d’Amour que nous déployons envers quiconque.

Or, nous sommes au stade de vivre ce Face-à-face avec le détachement, parce que nous sommes essentiellement arrivés au niveau où il ne faut pas porter sur nos épaules des obligations de maintenir une relation et où nous nous sentons obligés de le faire, que ce soit par principe ou pour une valeur personnelle ou même les valeurs traditionnelles et moralistes.

Si nous voulons être libres, nous devons nous libérer des attachements, mais sans nous éloigner de quiconque. C’est surtout nous détacher des émotions de ceux-ci. C’est comme ça que nous devons voir nos attachements et nos affects. C’est en apprenant à nous mêler de nos affaires et de laisser libres les gens vis-à-vis de ce qu’ils ont à vivre, sans nous impliquer outre-mesure, de ce que nous avons à vivre nous-mêmes comme détachement.

Le détachement concerne également le masque que nous portons depuis notre naissance que nous connaissons en tant qu’ego/personnalité et mental. Il s’agit des corps subtils interreliés à l’ego avec son corps astral ou émotionnel, à la personnalité avec son corps causal ou du laryngé et le mental avec son corps mental ou intellectuel.

Ce masque doit, tôt ou tard, tomber et nous montrer comme nous sommes, en toute transparence, en toute humilité et en toute simplicité. Sommes-nous prêts à franchir cette Nouvelle Porte vers la Liberté de ce que nous sommes comme être humain sur Terre? Ainsi, nous devons enterrer la hache de guerre qui existe entre notre identité humaine, la personne, et ce que nous doutons d’être sur un plan multidimensionnel vis-à-vis notre Corps d’Êtreté.

Pour cela, le moment est enfin venu de vivre ce Face-à-face avec nous-même en constatant que nous sommes encore dans la souffrance ainsi que des dualités de nos actions bonnes ou mauvaises et que nous pensons vivre notre karma.

Je vous signalais dans d’autres chroniques qu’à partir du moment où nous choisissons la Lumière ou l’Amour, nous nous détachons de la souffrance et des dualités de nos nostalgies, de nos peurs et de tout karma existentiel du présent ou du passé. Nous sommes plus compatissants envers autrui que nous ne le sommes envers nous-même.

Pourquoi? Notre compassion est plutôt axée vers l’extérieur que ce soit des catastrophes ou des gestes immondes faits par des êtres humains, que la guérison et la transcendance personnelles que nous avons à faire de nous-même. La compassion témoignée aux autres est un geste noble, c’est vrai, mais celle-ci ne serait-elle pas l’amour que nous témoignons envers autrui que nous devrions tourner vers nous-même? Se poser la question, c’est d’y répondre!

Pour nous détacher dans un premier temps, il est fondamental que nous enterrions ce que nous pensons avoir fait de bon ou de mauvais ici ou ailleurs dans d’autres cycles de vies. J’entends par enterrer, toute notre histoire ici, toutes nos expériences ici, tout notre bagage de connaissances et de fausses croyances ici et tout ce que nous pensons être comme ego/personnalité et mental.

Comment enterre t’on tout cela? Il s’agit de s’abandonner à l’Intelligence de la Lumière qui représente le phare qui aiguille notre conscience à ce qu’elle s’unifie à ce que nous sommes vraiment dans la multidimensionnalité. C’est aussi ne plus s’associer à ce que nous avons vécu, expérimenté ou ce que nous pensons de nous-même à titre d’identité humaine, portant ces trois caractéristiques de personnalisation. Nous sommes à la phase de nous reconnecter avec notre Corps d’Êtreté, qui a été libéré du Soleil, et qui permet de dissoudre les voix dimensionnelles de notre identité humaine.

Cette dernière phase cruciale représente, dans un deuxième temps, l’acceptation et la reconnaissance multidimensionnelles de ce que nous sommes comme Être de Lumière. C’est, en fait, le retournement de notre conscience humaine vers notre Conscience Supramentale ou Unifiée. Cette Conscience nous permettra de vivre la Liberté de nos détachements et de nos affects, vis-à-vis ce que nous pensons être, illusoirement, dans ce monde falsifié.

Nous devons apprendre à nous faire confiance quand nous vivons une expérience extrasensorielle ou suprasensorielle, pour réaliser que nous ne sommes guère de ce monde, mais bien d’un monde multidimensionnel où il ne peut y avoir des attachements ou des affects conditionnels.

Seul l’Amour Vibral prime dans les mondes multidimensionnels. Donc, nous devons réaliser, en acceptant de lâcher prise sur nos vieux paradigmes humains et divisionnaires que nous vivons une transcendance multidimensionnelle qui nous ramène, vibratoirement, vers notre Corps d’Êtreté.

Il est important de se rappeler que le détachement de nos attachements et de ce qui nous affecte n’est nullement une question de reniement ou de désaveux envers quiconque ou quoi que ce soit, mais, bien, une liberté que nous nous donnons à nous-même ainsi qu’à ceux et celles que nous Aimons vraiment.

C’est, en quelque sorte, être Libres de toutes formes de conditionnements qu’ils soient de l’ordre émotionnel, traditionnel ou conventionnel, qui nous ont soumis à des croyances, au lieu de nous laisser libre de ce que nous pensions légitime de vivre à notre façon.

Le détachement de nos attachements et de nos affects ramènent en nous une Liberté de vivre, une Paix intérieure durable et une Joie de vivre dans l’Ici et Maintenant. C’est, en somme, une légèreté dans notre conscience que nous nous autorisons d’avoir, sans être assujettis ou soumis par des valeurs, qui ne vibrent plus avec ce que nous sommes comme identité humaine, qui s’allie vibratoirement avec notre Corps d’Êtreté. C’est, enfin, être totalement présents avec nous-même, non pas dans le sens égocentrique, mais, bien, dans le sens Luminocentrique plutôt centré sur sa propre Lumière diffusée par notre Corps d’Êtreté.

Retrouvez les chroniques sur la multidimensionnalité de Yvan poirier sur la Presse Galactique
[widgets_on_pages id= »COPYRIGHT »]

Source: LaPresseGalactique.org

 

Partagé par laPresseGalactique.org - le Quotidien qui Réunit

NOUVEAUTÉS.


jemabonne

CE QUE MON EGO M'A FAIT CROIRE - Ce eBook est disponible ici

Print Friendly
PENSÉE DU JOUR
LE TEMPS DES RÉVÉLATIONS A SONNÉ - Tendances générales du mois de mai 2017