9782896262830Mettre en pratique le pouvoir du moment présent contient les enseignements essentiels pour jouir d’une vie libérée.

Les enseignements de ce livre se veulent simples, pratiques et pouvant être mis à contribution au quotidien.

Au travers de lectures méditatives et d’exercices spirituels, l’ouvrage explique –à nous lecteurs- comment regarder le monde dans l’instant présent pour apaiser nos pensées et atteindre la voie du bien-être intérieur. Tel un guide, l’objectif double de ce livre est de nous faire entrer dans un état de conscience supérieure et de nous indiquer comment y demeurer. La lecture de cet écrit demande une réelle participation de la part du lecteur. Elle se doit d’être faite dans un état de présence totale afin de bien s’imprégner des notions qui y sont dispensées.

L’ouvrage est découpé en trois parties qui se présentent ainsi :

  • Accéder au pouvoir du moment présent,
  • Les relations en tant que pratique spirituelle,
  • Acceptation et lâcher prise.

1. Accéder au pouvoir du moment présent

Dans cette partie, le livre aborde un fléau dont la plupart d’entre nous subissons et dont nous ne nous rendons pas compte, tant il est considéré comme normal : la pensée compulsive. Cette pensée compulsive est un véritable bruit mental qui nous empêche de trouver la paix intérieure.

Cette incapacité à s’arrêter de penser a pris possession de nous et projette constamment une ombre de peur et de souffrance sur tout.

Voici un passage important du livre qui résume assez bien la situation :

« L’identification au mental crée chez vous un écran opaque de concepts, d’étiquettes, d’images, de mots, de jugements et de définitions qui empêchent toute vraie relation. Cet écran s’interpose entre vous et vous-même, entre vous et votre prochain, entre vous et la nature, entre vous et le divin. C’est cet écran de pensées qui amène cette illusion de division, l’illusion qu’il y a vous et un « autre », totalement séparé de vous. Vous oubliez un fait essentiel : derrière le plan des apparences physiques et de la diversité des formes, vous ne faites qu’un avec tout ce qui est. »

Maintenant voici un exemple des nombreuses lectures méditatives qui jalonnent l’ouvrage pour nous aider –nous lecteurs- à mieux comprendre et cerner les concepts qui y sont démontrés.

« La liberté commence quand vous prenez conscience que vous n’êtes pas cette entité, c’est-à-dire le penseur. En sachant cela, vous pouvez alors surveiller cette entité. Dès l’instant où vous vous mettez à observer le penseur, un niveau plus élevé de conscience est activé »

Il y est expliqué que le mental s’identifie à l’ego qui a été bâti sur :

  • le conditionnement culturel,
  • le conditionnement familial.

C’est à partir de ce conditionnement que découlent nos peurs et nos croyances limitantes.

En effet, pour l’ego : le moment présent n’existe pas car seuls le passé et le futur importent,

  • l’ego est prisonnier des mailles du temps et il n’existe pas en dehors de celle-ci,
  • l’ego a donc peur du présent, car il se sent menacé et ne veut pas être anéanti,

Le passé est maintenu en vie : « sans lui qui suis-je ? ».
Le futur est vu comme une porte de sortie : « un jour ça ira mieux ! ».

L’ego vit donc au travers d’une pensée compulsive qui prend forme sous un incessant dialogue interne tiraillé entre un passé de souffrance révolu et un futur salvateur.

Ainsi, lorsque cet ego doit se préoccuper du présent il n’y arrive pas car il est toujours pris dans l’illusion du temps :

  • il regarde le présent à travers les yeux du passé qui lui confère une identité,
  • il réduit le présent à une fin qui n’existe jamais que dans le futur projeté par lui qui lui promet le salut.

En conséquent pour que nous puissions gagner notre liberté et ne plus vivre dans l’illusion : il est nécessaire de plus nous identifier à cet ego. Il est salutaire pour nous de comprendre que seul le temps présent compte :

  • rien ne s’est jamais produit dans le passé : cela s’est produit dans le présent,
  • rien ne se produira jamais dans le futur : cela se produira dans le présent.

Cet élément est la clé de voûte de l’enseignement prodigué dans cette partie du livre.

Comprendre que seul le moment présent compte permet d’atteindre un niveau de conscience supérieure qui nous fait réaliser que :

  • nous pouvons nous affranchir de notre ego et de ses schémas destructeurs,
  • nous pouvons contrôler ce mental (au lieu de l’inverse) et s’en servir comme outil (qui est sa véritable fonction).

Ci-après un extrait de l’un des nombreux exercices visant à faire taire le bruit mental et à atteindre le pouvoir de l’instant présent :

« Utilisez pleinement vos sens. Soyez véritablement là où vous êtes. Regardez autour de vous. Simplement, sans interpréter. Voyez la lumière, les formes, les couleurs, les textures. Soyez conscient de la présence silencieuse de chaque objet, de l’espace qui permet à chaque chose d’être. Écoutez les bruits sans juger. Entendez le silence qui les anime. Touchez quelque chose, n’importe quoi et sentez et reconnaissez son essence. Observez le rythme de votre respiration. Sentez l’air qui entre et qui sort de vos poumons, sentez l’énergie de vie qui circule dans votre corps. Laissez chaque chose être, au-dedans comme au-dehors. Reconnaissez en chaque chose son « être-là ». Plongez totalement dans le présent. »

Libre à vous de le mettre en application et de voir les résultats qu’il donne.

Ainsi, pour résumer, dans cette partie, au travers les différents exercices et lectures méditatives, vous apprendrez à :

  • vous libérer de votre ego,
  • mettre fin à l’illusion qu’est le temps,
  • vous élever au-delà de la pensée compulsive,
  • vous servir de votre mental et non l’inverse,
  • d’être plus fort mentalement : plus alerte, plus éveillé, plus créatif et plus satisfait,
  • de ressentir  la beauté des choses et la joie simple du seul fait de vivre.

Pour conclure vous apprendrez à être totalement présent et à vous libérer des problèmes qui ne sont qu’illusion du mental.

2. Les relations en tant que pratique spirituelle

Dans cette deuxième partie, le livre aborde la souffrance créée dans le présent par le mental.

La souffrance :

–        est une forme de non-acceptation et de résistance inconsciente à ce qui est (=vit),

  • une forme de jugement sur le plan de la pensée,
  • une forme de jugement sur le plan émotionnel,

–        dont l’intensité :

  • dépend du degré de résistance au moment présent,
  • dépend du degré d’identification au mental.

En clair, plus on est identifié à son mental et plus on souffre.

Cette souffrance existe sous deux formes :

  1. celle qui se créée maintenant,
  2. celle provenant du passé et qui continue de survivre en nous.

Ces deux souffrances fusionnent ensemble et forment le corps de souffrance.

Les personnes qui sont constamment malheureuses vivent entièrement dans leur corps de souffrance. Chez d’autres personnes, le corps de souffrance ne se ressent que lorsque certains éléments du passé (traumatismes etc.) surviennent.

La personne qui est dans ce corps de souffrance n’en a pas conscience puisque celui-ci fait partie de son état actuel :

  • la personne se sent « elle-même » et vit dans sa souffrance,
  • la personne s’identifie à lui et il ne lui vient même pas à l’idée qu’elle pourrait changer,
  • la personne auto-alimente ce corps de souffrance par son état et ses pensées destructrices car il est devenu sa personnalité à part entière.

Les ravages peuvent-être terribles car la personne n’a pas conscience qu’elle :

  • refuse d’évoluer et de grandir,
  • se complait finalement dans cet état de douleur, car c’est son unique façon de vivre.

Pour sortir de ce corps de souffrance, il est donc nécessaire d’atteindre un niveau spirituel supérieur qui consiste à sortir de l’inconscient afin d’atteindre un état de conscience éveillée.

L’état de conscience éveillé permet :

  • désidentifier l’ego de cette souffrance.
  • de ne plus créer de souffrance inutilement,

Il n’est pas évident de transformer la souffrance en état de conscience. C’est pourquoi le livre donne les armes pour affronter la résistance que la souffrance génère. Ci-dessous un extrait de lecture méditative et un exercice :

« Examinez cette résistance. Regardez de près l’attachement à votre souffrance. Soyez très vigilant. Observez le plaisir curieux que vous tirez de votre tourment, la compulsion que vous avez d’en parler et d’y penser. La résistance cessera si vous la rendez consciente. Vous pourrez alors accorder votre attention au corps de souffrance, rester présent en tant que témoin et ainsi amorcer la transmutation. »

« Réalisez soudainement que vous êtes ou avez été attaché à votre souffrance peut-être la cause d’un grand choc. Mais dès l’instant où cette prise de conscience a lieu, l’attachement est rompu. »

Dans cette deuxième partie il est enseigné que finalement seul le pouvoir de l’instant présent permet de prendre conscience que nous entretenons nous-même ce corps de souffrance en nous identifiant à elle.

Vivre dans le moment présent nous fait comprendre que :

–        nous sommes nous même responsable de notre état,

–        le passé qui a créé la souffrance n’a plus d’emprise,

  • il est inutile d’alimenter cette souffrance,
  • notre rôle de victime intemporelle n’a pas lieu d’être,

–        il ne tient qu’à nous-même d’évoluer pour éliminer cette souffrance.

Enfin la transmutation du corps de souffrance en prise de conscience permet de passer de relations de dépendances aux relations éclairées. L’égo n’étant plus identifié à la souffrance : il n’a plus besoin de rechercher en l’autre les éléments qui combleraient ses besoins.

« Tout ce dont vous avez vraiment besoin, c’est d’accepter totalement l’instant présent. Vous êtes alors bien dans l’ici-maintenant et avec vous-même. »

Vivre dans le moment présent, c’est être soi-même. Il n’y a plus cet ego à protéger, à défendre par le besoin de rechercher une relation avec une autre personne pour combler un vide ou masquer un malaise.

3. Acceptation et lâcher prise

La vie est un grand cycle auquel les succès et les échecs s’enchaînent :

  • rien n’est acquis indéfiniment et aucune forme n’est permanente,
  • Ce qui était acquis hier peut basculer du jour au lendemain.
  • « Derrière tout succès, il y a l’échec et derrière tout échec, le succès ».

Lors de grands épisodes d’échec, nous avons tendance à résister aux changements brutaux et à s’accrocher. Nous refusons de suivre le cycle naturel et inné de la vie et nous nous créons de la souffrance inutile.

Généralement les solutions pour retrouver le succès sont :

  • la transformation,
  • la nouveauté.

Et toute résistance est inutile. Mais pour s’en rendre compte il faut s’éveiller spirituellement.

Être dans un état de conscience éveillée nous offre l’opportunité de :

  • prendre plaisir à créer de nouvelles formes,
  • découvrir de nouveaux concepts,
  • s’éloigner de « l’étreinte de l’échec ».

En poussant la réflexion beaucoup plus nous admettons qu’avec cet état d’esprit :

–        l’échec comme le succès n’ont plus prises sur nos vies car :

  • nous ne sommes plus identifiés à eux,
  • ils ne constituent plus/pas notre vie mais seulement nos conditions de vie.

La résistance qui rendait l’acceptation des cycles bas difficiles n’a plus lieu d’être. D’autant plus que ces cycles sont nécessaires, car ils offrent des phases de régénération.

« Quand une circonstance ou une situation à laquelle l’esprit s’est attaché et identifié se modifie ou prend fin, l’esprit ne peut pas l’accepter. Il voudra s’y attacher et résistera au changement, comme si on lui arrachait un bras ou une jambe. Ceci veut dire que le bonheur et le malheur ne font qu’un. Seule l’illusion du temps les sépare. »

 « Quand on n’offre aucune résistance à la vie, on se retrouve dans un état de grâce et de bien-être. Et cet état ne dépend plus des circonstances, bonnes ou mauvaises. »

Ainsi, lorsque l’on est intérieurement libéré de notre dépendance à la forme :

  • les formes extérieures s’améliorent grandement,
  • les éléments (gens, circonstances…) dont on pensait avoir besoin pour être heureux arrivent sans efforts et nous pouvons les apprécier au mieux,
  • la peur de perdre ne sera plus là puisque la dépendance aura disparu et la vie se mettra à couler plus facilement.

Enfin cette dernière partie insiste sur le fait que cette résistance intérieure se vit comme de la négativité (sous une forme ou une autre) et c’est ce qui explique son pouvoir destructeur.

La négativité :

  • Ne créée pas de situation favorable,
  • Maintient une situation défavorable,

La négativité empêche tout changement positif sera vain car cela menacerait directement l’identité et le fondement de la personne et tout point positif sera saboté.

Alors plutôt que de se laisser envahir par cette négativité il faut l’utiliser comme un signal d’alarme pour devenir plus présent :

« Chaque fois que vous remarquerez que la négativité se manifeste en vous, sous une forme ou une autre, ne la voyez pas comme un échec dans votre démarche mais plutôt comme un précieux signal qui vous dit : « Réveille-toi ! Sors de ta tête ! Sois présent ! » ».

Toute négativité empêche d’atteindre l’état de paix intérieure.

L’enseignement principal de cette dernière partie est que pour supprimer cette négativité il faut supprimer les points de résistance en lâchant prise.

Le lâcher-prise n’est pas de la résignation, le lâcher-prise c’est :

  • le point de départ de tout changement,
  • l’acceptation de notre état présent et la reconnaissance que nous voulons nous en sortir,
  • laisser couler le courant de la vie plutôt que d’y résister.

En effet, une fois que nous avons lâché prise, nos actions ne sont plus dictées en fonction de notre conditionnement mentale (peurs et croyances limitantes) mais en fonction de notre conscience dans le moment présent.

« Lorsque vous lâchez prise face à ce qui est et que vous devenez donc totalement présent, le passé perd tout pouvoir. Vous n’en avez plus besoin. La présence est la clé de la réussite. »

4. Conclusion

« Mettre en pratique le pouvoir du moment présent » vous permettra à la fois de vous ouvrir à de nouveaux horizons et de vous faire voir la vie sous un autre angle. De mon avis, ce livre est la pierre angulaire à quiconque décide de se lancer dans le développement personnel. Gardez-le près de vous car il sera votre compagnon au quotidien. N’hésitez pas à la relire plusieurs fois pour bien vous imprégner et ressentir ses concepts car chacune de vos lectures sera différente de la précédente et vous apportera de nouveaux éléments.

– Résumé par Anthony – http://www.nouvelhomme.fr

ABONNEZ-VOUS 3 MOIS OU PLUS À LA PRESSE GALACTIQUE ET RECEVEZ CE LIVRE EN CADEAU

Format PDF

jemabonne