1017075_10201596809068568_971187262_n

Du plus profond de mon être, je ressens cette légèreté impalpable, ce bien-être fou qui guide mes pas, agrémente ma journée, crée un effet si particulier qu’il me fait oublier ce monde dense.

Alors, ce monde danse dans toute sa splendeur. Il virevolte sous mes yeux, il explose de joie, irradie de bonheur, changeant ses couleurs et ses parfums.

Je ne bouge pas, je perçois, je n’entends pas, j’écoute, je ne lis pas, j’imagine, je ne suis pas, je crée, je ne vis pas, je rêve.

Au milieu de cette escapade divine et suave, je plane au-dessus de la vie, je l’aperçois, je la perçois, et je m’embrase quand elle m’embrasse. Je sens, je ressens, je hume, je parfume, je ris, je crie, je suis…

Je suis légère, je vois, je me rappelle.

Je prends conscience de ce qui m’entoure, je m’ouvre sans fin, sans limite, je me laisse aller à divaguer au gré des vagues de mon esprit qui rit, qui aime, qui chante la vie. Puis, je vois cette Vie tout autour de moi et la contemple comme dans un temple.

Je hume son parfum subtil, je la sens tressaillir, vibrer, bouger, doucement, sagement, nonchalamment, courageusement, vers l’apogée de sa Beauté.

L’Esprit perçoit qu’il se produit un magnifique événement, il sait que quelque chose s’accomplit dans le plus grand secret des dieux, il tait cette joie, il laisse la magie faire son ouvrage.

Lentement, avec douceur, l’espace vibre, gronde en sourdine, respire délicatement. Une douce sagesse s’installe et c’est l’Univers entier qui retient son souffle. Chutttt, chuttttt…

Dans une explosion sourde jaillit une boule de feu rougeoyante, toute petite perle d’étincelle, tournant sur elle-même, dansant dans l’Espace, respirant pour la première fois, suffoquant, toussotant, comme pour happer la Vie, comme pour prendre vie.

Une étoile est née, une vie vient d’arriver et trouve son nid, sa demeure, au milieu de toutes ces sphères qui rougeoient de bonheur. Une sœur est née, une vie vient d’émerger du giron de la Création. C’en est fait !

La nouvelle venue tournoie encore, tout doucement, puis file à vive allure sur un toboggan sombre, puis un autre et encore un autre. Elle change de couleur, pulsant sa lumière vive dans tout ce qui est déjà. Elle plonge encore et encore, suivant les vastes routes de l’espace infini. Puis, tout doucement, délicatement, elle ralentit sa vitesse, puis encore un peu, un peu, et choisit de s’arrêter afin de s’extasier du « paysage ». Dieu comme c’est beau ! Comme c’est fabuleux l’infini, gigantesque, et toutes ces sœurs qui lui ressemblent sans pour autant être à son image !

Alors, le silence s’installe, comme une pause dans la symphonie. Et là, c’est l’explosion des couleurs, des sons mélodieux, des milliers de paillettes argentées et dorées, remplies d’un Amour ineffable, qui caressent la nouvelle venue. Elle se sent si bien, retrouvant sa Famille, son expression, sa voix, sa respiration, sa vie. Elle découvre sa nouvelle identité, sa nouvelle robe, son propre chant et s’exerce à sa ronde hésitante, tournoyant calmement sur elle-même.

Une autre bouffée d’Amour vient caresser sa robe. Elle la reconnaîtrait entre toutes. Oui, c’est bien Lui/Elle qui vient lui dire « au revoir », c’est bien Son infinie tendresse qui la frôle, c’est si bon et si doux de se sentir reliée à l’Amour.

Alors, au milieu de ses semblables, elle chante une mélopée suave, tendre, câline, qui frissonne et respire avec elle. Elle éclot !

Entourée de la Puissance du Verbe, caressée par la Création, cette nouvelle arrivante se souvient de sa « responsabilité », de son devenir, de sa nature même. Elle sait, Elle Est !

Enfin, la musique s’amplifie, mais tout en douceur. Le tournoiement se stabilise comme si un maître d’œuvre battait la mesure. Tout est accompli : elle est née !

Loin, très loin de là, quelques êtres emprisonnés dans la matière vont s’émerveiller de découvrir une nouvelle lumière dans le ciel des étoiles. Ils vont lui donner un nom et la lister dans le grand atlas des constellations. Ce sera une nouvelle victoire pour l’homme, un nouveau bonheur pour la science, mais loin, bien loin de la Vie et de ses secrets  …

A star is born ! Alleluia!

 

A Toi, L’Enfant qui regarde le ciel avec tant d’Amour, je te dis merci.

 

Print Friendly, PDF & Email