inelia_benz_2013par Inelia Benz

Dans mon dernier roman «Entretien avec un Assassin Psychique», (en anglais seulement) j’explore la nature et le caractère des Gris. J’y articule quelques pensées et considérations à propos des Gris, ce qu’ils font, leur technologie, et d’où ils pourraient provenir. L’analyse, dans le roman, se déploie tout du long de deux pages, et explore l’expérience du personnage principal avec les Gris pendant son entraînement militaire au service du gouvernement.

Depuis l’écriture du roman, on m’a interrogée à de nombreuses reprises à propos de la nature des Gris. J’ai aussi reçu des courriels et des messages disant que tous les Gris sont malfaisants, avec des liens vers des sites internet qui prouvent cela. Et d’autres qui disent que les Gris sont bienveillants, avec des liens vers des sites internet qui prouvent cela également.

De fait, en examinant l’évidence de nos interactions avec les Gris tout au long de l’Histoire, nous commençons à voir certains modèles et schémas qui se reproduisent de culture en culture.

Il y a quelques décennies, par exemple, ils n’étaient pas gris mais verts. De petits hommes verts avec une grande tête, de larges yeux noirs, aux nez petits et aux bouches minuscules voire inexistantes. Dans la culture moderne nous les voyons dépeints comme faits de lumière, certains très grands, d’autres très petits, d’autres encore gris, ou blancs, ou bleus, certains bons, et d’autres mauvais.

À mesure que notre champ de conscience collectif se déploie et s’agrandit, et que de plus en plus d’individus commencent à se rappeler leurs interactions avec les Gris, une gigantesque collection de données commence à émerger à leur propos.

Une chose devient claire. Il existe de nombreuses silhouettes, couleurs et formes de Gris, et ils ne sont pas un phénomène nouveau ni seulement occidental. Ce qui apparaît comme universellement partagé, c’est que leurs têtes semblent toutes être celles d’un embryon humain.

Un autre aspect des Gris c’est qu’ils apparaissent plus comme un « costume » qu’un être réel. C’est comme si leur corps était artificiel, sans doute en partie organique, certainement sensible, mais le « pilote » est ailleurs. La communication entre les Gris et les humains est principalement, pour ne pas dire totalement, de nature télépathique.

La « nature », le caractère des Gris semble varier de silhouettes en silhouettes, et de couleurs en couleurs. C’est à peu près comme si des espèces différentes utilisaient ces « costumes » Gris pour entrer dans notre système (solaire et dimensionnel), pour interagir avec nous. Certaines personnes disent leur expérience d’être traitées par les Gris comme si elles étaient des animaux de ferme, d’autres disent être fortement en phase et à l’égal des Gris, qu’elles considèrent comme leur véritable et authentique famille – leur aventure humaine étant une expérimentation temporaire, voire une mission.

Et jusqu’à présent, à part le traumatisme physique pour certains d’entre ceux qui ont été enlevés, ils n’ont pas utilisé leur technologie pour « envahir notre planète », ou « tous nous détruire ».

Dans le roman, le personnage principal, Ramona, dit à un moment :

« Les gens ne semblent pas réaliser que si les Gris étaient malfaisants, étant donné leurs pouvoirs et leur technologie, ils auraient pu nous effacer complètement d’ici, et depuis longtemps. Cela ne fait aucun doute. »

Pourtant, il y a beaucoup de peurs à propos des Gris.

Grâce aux lanceurs d’alerte, et par les fuites gouvernementales, on nous a dit, ou montré, que les Gris capturés par le gouvernement, ou qui travaillent avec lui, ne sont en aucune manière agressifs. Du moins pas physiquement. En fait ils semblent être très faibles physiquement, et ne portent pas d’armes. De fait, quand il y a agression, c’est de la part des humains.

Dans la culture populaire nous voyons des Gris dépeints comme impitoyables et violents, moissonneurs avalant de la chair humaine, ou bien alors doux et fraternels, tâchant de téléphoner à la maison, avec toutes les variations possibles entre ces deux extrêmes.

Cet article vise à ouvrir en grand la possibilité d’un large spectre d’espèces utilisant actuellement la technologie du « costume » Gris, pour interagir sur notre planète. Qui les a créés ? Qui les met au point ? De quand sont-ils ? D’où sont-ils ?

Quand je les regarde, je vois un « drone » biologique artificiel et intelligent qui peut héberger une conscience sans la prendre au piège. Cela me rappelle un peu nos propres corps humains, sauf que nos corps sont plus vivants. Nos corps sont plus des élémentaux hautement intelligents qui ont besoin de nous (l’être âme) pour les animer et rester en vie. Cependant, si nous prenions un embryon humain avant que l’âme n’y entre, y ajoutions quelque retardateur de développement, le fassions grandir jusqu’à une taille utile, y incluant de la nanotechnologie pour lui permettre d’exister dans un environnement en dehors de l’utérus, et s’il était possible de « l’emprunter » à distance pour arpenter des époques ou des planètes lointaines, alors cela ressemblerait sûrement à un Gris.

Façon de parler 🙂

Au fait, nous sommes programmés pour oublier ce que vous venez juste de lire au-dessus. Aussi, je dirais retournez-y, et lisez l’article de nouveau. Examinez si vous avez bien tout vu, ou si certains passages se sont déjà évaporés.

Source: https://ascension101.com/

inelia_video

Partagé par la Presse Galactique

Le Quotidien qui Réunit

Print Friendly, PDF & Email

Partagez sur: