comprehension_de_l_univers

par Laurent Levy

En comprenant que c’est la cas, on se donne l’autorisation, ou l’accès à une compréhension plus profonde, ou un niveau de conscience plus large et plus lumineux.

Cela veut dire que les seuls problèmes qui existent sont des problèmes de compréhension, ou de conscience. Jamais des problèmes dans le monde en tant que tels.

Nous ne sommes en relation qu’avec notre compréhension de l’univers et de nous-mêmes.

Alors, quand on comprend cela profondément, on voit que la seule solution à toute situation qui semble être inharmonieuse, c’est d’accéder à une autre façon de la comprendre, ou de la voir.

Et c’est cette nouvelle façon de la comprendre qui va la régler.

Derrière toutes nos perceptions, qui sont faites de nos compréhensions, se trouve la compréhension limitée de ce que nous sommes.

Et limitée n’est pas du tout négatif. Au contraire, c’est l’élan vers l’aventure de la conscience. Il y a toujours une conscience plus large, plus aimante, plus englobante, plus unitive qui nous attend, si on veut bien s’y abandonner, ou y accéder. Et c’est cette nouvelle conscience qui va être et former notre nouveau monde.

Pourquoi dis-je s’y abandonner, pour y accéder?

Parce qu’il faut aussi comprendre que la conscience et toutes ses vibrations, les compréhensions et niveaux de compréhensions qu’elle englobe, se représente facilement par l’image des poupées russes. J’utilise de plus en plus l’image de la pyramide ou de l’iceberg lors de mes rencontres, illustrant facilement le fait que la solution que nous cherchons est toujours présente, ici, tout de suite. Et qu’au lieu de la chercher plus loin, dans un futur plus ou moins proche, on réalise qu’on est assis dessus!

On réalise même que la recherche, la question-même, provient en fait de la réponse, de cet élan lumineux qui pousse depuis la profondeur, depuis le futur harmonieux qui attend juste en dessous.

Mais nous sommes assis sur notre futur, nous ne l’atteignons pas en faisant un effort d’obtention, une tension vers « là-bas ».
On l’obtient en abandonnant la couche qui le recouvrait.
La couche, ou le voile de notre compréhension limitée de la situation et de nous-mêmes.

Et c’est une toute autre façon de voir le monde, de se voir soi, et de voir notre évolution, notre devenir.
Nous allons devenir ce que nous sommes déjà.
Et ce n’est pas qu’une proposition philosophique ou « spirituelle », c’est la chose la plus dynamique et puissante et engageante qui soit.

Concrètement, quand je veux quelque chose que je ne semble pas avoir, je prends le réflexe de me demander pourquoi est ce que je tiens à ne pas avoir la réponse à ceci ou à cela? Pourquoi est ce que je tiens encore à me séparer de la merveille que je suis?
Pourquoi est ce que je tiens à être autre chose que ce que je suis?
Ou bien, à quoi ça me sert de maintenir ce voile?

Dans la plupart des cas, nous verrons qu’il s’agit d’une peur, d’une peur de trop de lumière, trop d’amour… d’une peur de disparaitre dans trop d’espace, d’une peur de trop de responsabilité, d’une peur du succès, d’une peur de trop de pouvoir, trop de puissance, d’une peur de trouver l’amour finalement, etc…. Toujours une peur de trouver vraiment ce que nous cherchions.

D’une peur de ne plus exister, de ne plus contrôler, de ne plus être séparé.

Une fois cela vu, on n’est plus du tout victimes.
On se place comme créateur du voile, et celui qui décide d’y tenir (pour des raisons de confort).

Mais alors, on se souvient automatiquement que la peur est fausse.
Elle ne reflète qu’une compréhension limitée de la situation, de l’amour , de qui nous sommes, etc…

Elle n’est donc pas notre peur, mais la peur d’une compréhension de surface, d’un moi qui n’est pas ce que nous sommes vraiment.

Ce moi, que nous ne sommes pas vraiment, est un terme, une étape de ce que nous sommes. Une sorte de point de départ pour la découverte infinie de notre vraie identité, de notre Moi plus profond…. lié toujours à des niveaux de consciences plus profondes, plus lumineuses, plus englobantes.

Le moi, ou notre compréhension limitée de nous-mêmes, a forcément peur d’être tout l’univers. Ce serait « exagéré » bien sûr.

Il n’est alors pas question de faire devenir moi plus large, mais de permettre au Moi plus profond que nous sommes déjà de remonter en surface, selon notre vrai désir de le devenir.

Et savoir, ou comprendre que nous sommes DÉJÀ la totalité, et, en elle, la prochaine étape de notre aventure, nous permet d’y accéder très différemment.
Cela nous permet de reparamétrer* notre compréhension, notre mental, sur ce que nous pressentons depuis toujours EN NOUS: l’émergence d’une Lumière Unitive, d’un Amour qui est déjà partagé avec tous et toutes, puisqu’il EST tous et toutes.

Le Je Suis ce que Je Suis n’est pas juste un état de fait, il est la clé vibratoire vers la prochaine étape, notre prochaine étape: une ouverture encore plus large vers Nous-m-aime.

ps: quand je dis que nous allons « re-paramétrer » notre mental, je veux dire que nous permettons en fait à notre mental de se re-paramétrer lui-même, par notre nouvel objectif qui est d’être Un plutôt que d’être seul.

Laurent

Samedi 13 et dimanche 14 juin 2015

Rencontre avec Laurent Levy

Nous avons toujours ce que nous demandons,

puisque nous sommes toujours Ce que nous sommes.

Derrière ces mots se cache notre grande liberté, que rien ni personne n’a pu altérer.

Peut-être n’en sommes-nous pas encore conscients, mais avec une ouverture d’esprit, de la curiosité et une bonne dose de bonne volonté, nous allons certainement le réaliser, et voir pourquoi notre expérience, nos vies quotidiennes, sont dans l’état dans lequel elles sont.

Et c’est depuis cette position de responsables, ou de non-victimes, que nous allons enfin pouvoir réorienter nos vies, vers les idéaux bien plus authentiques et naturels de notre Cœur: l’Amour, la Joie et l’Unité partagée.

Le Petit Mas 2 chemin du Puy 06270 Villeneuve Loubet

Réservation: [email protected]

Tarif : 50 € / jour *

Merci d’apporter un plat à partager

(*) Une difficulté financière ne doit pas constituer un obstacle. Merci de m’en parler au moment de l’inscription.

Retrouvez les chroniques de Laurent Levy sur la Presse Galactique

[widgets_on_pages id= »COPYRIGHT »]

Print Friendly, PDF & Email

Partagez sur: