98067713_o

par Agnieszka Rouyer

La confiance en soi est un état dans lequel tu te sens bien dans ta peau. C’est l’art de s’accepter soi-même, dans tout son ensemble, avec toutes ses imperfections. C’est aussi l’auto-soutien et la reconnaissance de qui nous sommes. C’est l’une des tâches les plus importantes dans la réalisation de soi ou du développement personnel. Comment doit-on s’y prendre ?

Une compréhension juste de la notion de confiance en soi, mais aussi des concepts qui y sont liés, est la base du travail sur la confiance en soi. La plupart des gens ont une idée très floue de ce qu’est la confiance en soi, l’estime de soi, l’acceptation de soi, l’autoévaluation, etc… Dans de nombreux livres et sites web, ces concepts sont confus et mélangés, ce qui nous mène au chaos et ne donne pas une vision claire de la façon dont nous pourrons travailler sur la confiance en soi.

Dans cet article je ne te propose pas des solutions ou exercices pour construire ta confiance en soi. Des articles à ce sujet existent déjà sur ce blog, et bien sûr, j’y ferai certainement référence. Ce texte serait plutôt une carte montrant l’ensemble du processus de travail sur la confiance en soi. Je vais expliquer les principaux éléments sur lesquels cela vaut la peine de s’investir afin de, brique par brique, construire une naturelle et authentique confiance en soi.

Qu’est-ce que n’est pas la confiance en soi ?

L’arrogance, le comportement hautain, la conviction que « Je suis meilleur que les autres », traiter les autres sans bienveillance. Ces attitudes sont souvent confondues avec confiance en soi et ceux qui font une telle erreur d’analyse, engendrent dans leur subconscient un blocage au travail sur la confiance en soi. Il y a une partie intérieure de soi qui (à juste titre) ne veut pas devenir une brute arrogante et obstinée, bien que, selon leur compréhension, l’arrogance est égale à la confiance en soi. Ce constat les immobilise sur la voie de la réalisation de la confiance en soi.

La confiance en soi n’est pas une absence totale de peur ou de doute. Une personne ayant confiance en elle est simplement capable d’agir en dépit de sa peur. La confiance en soi n’est donc pas l’état rêvé du courage sans embarras dans lequel tu es prêt à convaincre tout le monde de tout, d’atteindre tout objectif ou sauver le monde entier. Imaginer la confiance en soi de cette façon, paradoxalement, rend difficile le chemin pour y parvenir – parce qu’inconsciemment, nous savons que ce n’est pas possible.

Alors qu’est-ce confiance en soi ?

Il n’existe aucune définition univoque de la confiance en soi. C’est pour cette raison que je vais explorer ci-dessous 4 de ses principaux piliers qui, selon moi, la définissent d’une manière complète et exhaustive :

1. Se sentir bien dans sa peau (non seulement sur le plan physique, mais dans sa globalité, être à l’aise dans son Moi). Dit autrement, avoir un regard positif sur soi, s’aimer, avoir une relation saine avec soi-même.

2. Se traiter comme une personne de valeur (ce qui est la base de l’estime de soi). Avoir conscience de ses qualités et de ses talents. Les apprécier, s’en réjouir, et en parler aisément sans la fausse humilité.

3. Bienveillance envers soi. La capacité de pardonner ses erreurs. Accepter ses défauts et ses imperfections (avoir conscience que chacun de nous les a en soi).

4. La capacité à agir en dépit de la peur et des doutes qui demeurent en nous. La capacité d’aller au-delà de sa zone de confort. La capacité de faire face aux défis de la vie quotidienne.

Bien sûr, à la définition de la confiance en soi, je pourrais encore ajouter quelques éléments de plus, comme par exemple : être naturel et simple, l’authenticité dans un groupe de personnes, etc. Cependant, je sais par expérience, que cela arrive « tout seul », spontanément, dès que les 4 conditions décrites plus haut sont remplies. ????

A la notion de la confiance en soi sont directement liées les notions d’estime de soi et d’acceptation de soi. Regardons, en quoi consiste chacun d’eux.

L’estime de soi

En psychologie l’estime de soi est décrite comme une évaluation globale de ses propres valeurs. C’est aussi une approche générale de soi-même. Elle peut être positive ou négative. L’estime de soi englobe les différentes croyances sur soi, entre autre, un jugement de ses  propres comportements, attitudes, émotions, apparence physique, etc.

Le psychologue Philip Zimbardo dans son livre « Psychology And Life » définit l’estime de soi comme une autoévaluation généralisée de notre Moi.

Le psychothérapeute Nathaniel Branden a défini l’estime de soi comme « l’expérience d’être compétent de faire face aux défis essentiels de la vie et mériter la chance. »

J’ai écrit un article sur la façon saine et constructive de s’évaluer soi-même : Construire l’estime de soi.

Qu’est-ce donc que l’estime de soi ?

En langue anglaise, la notion d’estime de soi (self-worth) est traitée comme un synonyme d’autoévaluation (self-esteem). Cette notion pointe vers le domaine de l’expérience et du ressenti des émotions. L’estime de soi est donc un état psychique, tandis que l’autoévaluation peut être une attitude envers soi-même.

De la même façon que le sentiment de colère naît suite à une pensée : « Il n’aurait pas dû me blesser« , de la même manière, cet état psychologique d’estime de soi, résulte directement d’une évaluation de sa propre valeur. Il s’agit donc de notions très proches l’une de l’autre et, sur un plan plus général, sont pratiquement synonymes.

La base de l’estime de soi et d’une autoévaluation saine, est la conviction de notre propre valeur, ce qui peut être : « Je suis précieuse ; je suis quelqu’un de bien. » Si tu as des enfants, je t’invite à cultiver chez ton enfant cette croyance – tel un objectif à long terme – de le nourrir de la beauté de cette pensée. C’est l’un des plus importants piliers d’un esprit sain.

En notant notre propre valeur, on nous a appris à appuyer cette note sur base de choses matérielles, externes (salaire, nombre d’amis, voiture, gadgets, certificats et diplômes, position sociale, etc.). Dans l’article Les pièges pour l’estime de soi, je décris pourquoi tout cela est un piège, de quelle manière ce fonctionnement devient une sorte de dépendance, et comment s’en libérer.

Acceptation de soi

L’acceptation de soi est l’état de paix  au fond de soi, indépendamment de qui nous sommes et de ce que nous sommes. C’est l’absence totale d’attentes excessives et irréalistes envers soi-même. C’est aussi la faculté à se centrer sur soi et à s’apprécier tel que nous sommes, plutôt que de porter en soi une image idéalisée de nous, et de qui nous ne sommes pas.

L’acceptation est la conséquence d’une tolérance envers soi. C’est un état que l’on cultive et qui devient permanent en soi. Pour être tolérant face à soi-même, il nous est nécessaire de nous comprendre. C’est aussi le besoin de connaître les motifs de nos actions, le « terreau » de nos réactions et comportements, nos pensées et émotions. Quand nous savons pourquoi nous sommes tels que nous sommes – nous nous comprenons et nous nous acceptons. Si nous ne comprenions pas pourquoi, par exemple, nous étions emplis de paresse à l’idée d’apprendre à jouer de la guitare, probablement, nous aurions pu nous dévaloriser et nous juger paresseux.

Si, par contre, nous nous connaissons et avons conscience que la guitare ce n’est pas notre tasse de thé, nous devenons tolérants et indulgents face à nous-même  – ce qui évite de nous dévaloriser et de nous juger négativement. C’est pour cela le fait de s’observer, nous mène à la compréhension de soi, à la base de l’acceptation de soi.

Tu peux lire un peu plus sur l’essence de l’acceptation de soi dans l’article L’art de s’accepter soi-même.

Comment avoir plus de confiance en soi ?

Il y a des nombreuses façons de travailler la confiance en soi. Ci-dessous, je décris les différentes pistes à explorer, qui te sembleront justes, ou pas. Cela dépendra de l’endroit où tu te trouves maintenant dans ta vie, de ton point de départ.

Je ne te propose pas de solutions spécifiques, mais des orientations plutôt générales. Je tiens à illustrer l’éventail complet des façons dont tu peux travailler sur la confiance en soi. Tu n’auras pas besoin d’explorer tous les chemins. Cependant, je suis certaine que tu trouveras ce que tu cherches ;-). Après avoir lu les propositions que j’explore, je t’invite à te poser la question: « De quoi est-ce que j’ai besoin le plus ? ». Puis, tu peux faire le choix de l’un de ces domaines et porter ton attention sur son développement en particulier.

1. Prends soin de toi. Traite-toi comme une personne importante et précieuse. Tu sais comment les bons amis se traitent les uns les autres ? Avec bienveillance, confiance, respect, soutien, motivation, compréhension, etc. … Offre-toi tout cela de la même manière que tu l’offres à tes amis. En disant de prendre soin de soi, je veux dire aussi de satisfaire tes besoins, tels que s’offrir un plaisir, un moment de détente, passer du temps avec tes proches, manger sainement, etc…

2. Abandonne l’idée de te valoriser sur base de facteurs externes : qu’est-ce que les autres penseront de moi ? Quelles notes vais-je obtenir ? Combien je gagne ? Qu’est-ce que je possède ? Combien ai-je d’amis ? Combien sont-ils sur facebook ? Quelle est mon apparence extérieure, etc.). Au lieu de cela, tu peux te baser sur les facteurs internes : quel est mon système moral ? Qu’est-ce qui est important pour moi ? Qui veux-je être ? Quels sont mes objectifs ? Quelle est mon but dans la vie ? De quelle manière puis-je  juste être ? Etc.). Il s’agit simplement de ne pas permettre à ton estime de soi de devenir dépendante de quelque chose qui ne dépend pas de toi, car elle pourrait s’effondrer à tout moment.

3. Construis ton estime de toi. Recherche dans ta vie ces moments quand tu réussis quelque chose, quand tu arrives à… . Fais une liste des choses qui prouvent et confirment tes qualités et valeurs. Tu peux te soutenir afin de te renforcer comme si tu soutenais tes amis. Note tous tes succès (surtout les petits, car ils sont plus nombreux et plus à toi plutôt que ces succès et réussites vus par tout le monde autour de toi). Rappelle-toi de ces moments le plus souvent possible. Construis une ferme conviction que tu es une personne précieuse, apprends à t’apprécier et à être reconnaissant envers toi-même.

4. Travaille sur l’acceptation de tes défauts et de tes imperfections. Nous en avons tous, mais nous ne les apprécions pas particulièrement.  Pour apprendre à t’accepter, je t’invite à observer tes comportements, tes pensées et tes émotions. Apprendre à t’apprendre toi-même. Découvre pourquoi tu agis ainsi et pas autrement. D’où cela vient ? Quelle en est la source ? Quelles pensées, quelles croyances, quelles émotions sont à la base de tes attitudes et comportements ? Comprends-toi et tu seras plus indulgent face à toi. Il est aussi important que tu réalises que l’absence d’acceptation de soi n’est pas une bonne source de motivation pour changer (selon la conviction populaire « si je m’accepte, je vais arrêter d’évoluer »), mais le plus grand frein au développement de soi et à la vie épanouie. Apprends donc à garder de la distance face à tes imperfections et à te moquer de tes défauts (comme le fait Madonna :-)).

 « Je me moque de moi-même. Je ne me prends jamais très au sérieux. Je pense que c’est une autre caractéristique que les gens devraient avoir plus souvent… tu dois rire, surtout de toi-même. »
– Madonna

 

5. Multiplie et renforce tes compétences. Quand j’ai commencé à travailler comme coach, donc avec peu d’expérience, je me sentais insécurisée. Aujourd’hui, quelques années plus tard, grâce à la compétence que j’ai acquise- je me sens confiante et à l’aise dans mon travail. La compétence est la base de la confiance en soi dans les domaines spécifiques de la vie. S’il te manque de confiance en soi dans le domaine des relations, donne-toi quelques mois pour explorer le sujet des relations afin d’explorer la communication interpersonnelle de A à Z.

Comme je l’ai mentionné au début de cet article, j’ai proposé ici une carte générale sur laquelle tu peux approfondir ton travail sur la confiance en soi. Mais ne t’arrête pas à ce stade. Une connaissance entière du mode de fonctionnement de notre psyché en termes d’estime et de confiance en soi, est la meilleure façon d’établir une base durable d’une confiance naturelle.

Je t’invite à écrire dans les commentaires quel chemin du travail sur la confiance en soi est actuellement le plus juste pour toi et de quoi tu as besoin le plus en ce moment.

Je t’invite également à lire cet article : Comment augmenter la confiance en soi. Tu y trouveras quelques idées supplémentaires.

Aime toi-m’Aime, sois tolérant envers toi et deviens ton meilleur ami.

Je te souhaite beaucoup de force intérieure !

Retrouvez les chroniques de Agnieszka Rouyer sur la Presse Galactique

[widgets_on_pages id= »COPYRIGHT »]

Agnieszka Rouyer

C'est avec joie que je réponds à vos questions !

Mon site web: http://www.potentiel-infini.be

Me contacter <==> Mes Chroniques

Print Friendly, PDF & Email

Partagez sur: