l_evei11-compressor

Image trouvée sur http://i43.servimg.com/

par Guilaine Lipski

……..Quand la lassitude psychique se transforme en abandon de soi il y a urgence  à faire quelque chose  pour  soi. L’évolution spirituelle ne nécessite pas la souffrance, la fin ne justifie pas n’importe quels moyens si nous sommes capables de les éviter bien entendu et là se trouve toute la difficulté.

À partir de mon réveil il y a vingt ans maintenant, je me rends compte que je n’ai su envisager ma vie, EN TOUTE INCONSCIENCE, qu’en termes de travail sur moi, de guérison et qu’à ce titre le bien-être ne pouvait plus en faire partie, comme si les deux étaient antinomiques, comme si je me devais de subir pour mieux apprendre. Probablement une mémoire de culpabilité ou religieuse ou un ego spirituel inconscient, les deux vont souvent ensembles,  ou un instinct sacrificiel non conscient avaient pris les rênes de ma vie et  L’IMMATURITÉ DE MON CŒUR M’EMPÊCHAIT  D’APPRÉHENDER LA JUSTESSE.

Il est sûr que sortir du somnambulisme est une nécessité puisque nous sommes revenus pour cela sauf que nous n’avons pas l’obligation d’accepter une vie privée de plaisir, de joie. Notre évolution n’implique pas la souffrance, évoluer n’implique pas d’accepter n’importe quelle situation qui nous tire en arrière pourtant nous acceptons cet état comme étant la normalité comme si la vie ne peut être autrement que difficile (message subliminal de la matrice ?).

Bien au contraire, à un moment donné, évoluer c’est être capable de dire «  non je refuse cela » et la guérison se trouve là que cela soit avec un compagnon, une amie toxique ou toute sorte de vampirisme énergétique.

QUAND LA LASSITUDE PSYCHIQUE SE TRANSFORME EN LÉTHARGIE APATHIQUE IL Y A URGENCE A  SE PRENDRE PAR LA MAIN POUR SE SAUVER SOI-MÊME.

Le respect de soi commence par soi encore faut-il être capable de voir notre responsabilité dans ce que nous acceptons que les autres nous fassent !

Bien souvent notre éducation nous a formaté pour subir parce qu’il n’y a aucune autre solution (expérience de l’enfant) et bien que nous ayons grandi, cette empreinte est restée.

Je me souviens avoir eu besoin de trois semaines de réflexion avant de réaliser que j’avais le droit de refuser la demande de mon mari…. d’embaucher sa maîtresse comme vendeuse dans notre affaire ! Je me disais que je n’avais pas le droit de restreindre sa liberté….quitte à en souffrir, mais moi, ce n’était pas grave !!!

Je me dis aujourd’hui que j’étais bien atteinte dans le désamour de moi et qu’il me fallait vraiment des situations extrêmes pour me donner une chance de revenir à l’amour, au respect de moi. Mon habitude était de respecter l’autre avant de me respecter moi-même, quel étrange comportement induit….par une enfance privée de visibilité, l’autre, les autres existaient, moi pas.

Peut-être un karma d’une autre vie où j’avais abusé de tout et tous sans considération ?

Peu importe, l’essentiel est de revenir à la conscience et notre devoir de respecter tout et tous à commencer par nous.

Grandir dans la joie et la prospérité est quand même un challenge, je veux dire que lorsque tout va bien, nous ne sommes pas très enclins aux remises en question mais quel incroyable chemin et combien de détours justifiés et justifiables pour nous apporter l’attention, le respect, l’amour que nous méritons de nous accorder.

À chaque instant nous aurions besoin d’un discernement spirituel qui pourtant nous fait défaut et nous vivons toutes ces situations pour l’acquérir !

Récemment à l’occasion de la vente éventuelle de ma maison, j’ai vraiment ressenti que la vie me proposait un autre choix (possible) que continuer à subir (dans le cas présent les peurs, les croyances  du mental) qu’autre chose était disponible ‘’ à condition que je le conscientise  en premier lieu pour permettre que cela puisse arriver, se manifester’’.

Il était nécessaire que je conscientise les énergies en jeu pour autoriser et m’autoriser une autre façon de penser puis de vivre, l’intuition ne suffisait plus, je devais faire preuve de discernement spirituel pour envisager les possibles et choisir.

J’avais deux solutions, obéir à la peur (le mental) à partir de ce que je connais ou à l’amour, le cœur (la confiance) mais aussi le non connu. J’ai choisi d’expérimenter un nouveau paradigme, celui disponible aujourd’hui pour créer ce que l’on souhaite dans un état conscient.

DÉSORMAIS, JE SAIS QUE LES BONS CHOIX INDUISENT LA PAIX et aussi parfois l’inconnu….

Comme dit mon fils « si je n’essaie pas, je ne saurai jamais »

Je me permets donc à  partir de maintenant de créer ce que je souhaite dans le détachement et l’acceptation du risque de l’inconnu.

de cœur à cœur

Guilaine

Mon seul baromètre est le niveau de paix dans mon cœur.

jai40B

Il me fait plaisir d’offrir gratuitement mon eBook aux conditions suivantes:

  • Si vous me dites pourquoi vous avez envie de livre ce livre ?…
  • Si vous vous engagez à me faire un retour sur ce que vous avez lu et sur ce que vous en avez retiré…

Cet ebook vous est offert afin  que sa  lecture vous apporte des prises de consciences pour soulager l’incompréhension et la souffrance dans les relations. – Guilaine

CLIQUEZ ICI POUR DEMANDER LE EBOOK GRATUIT !

Source: http://lapressegalactique.org

[widgets_on_pages id= »COPYRIGHT »]

Print Friendly, PDF & Email

Partagez sur: