laotzu-1-compressor

par Laurent Van der Wee

Un jour, un homme désespéré vient voir un sage.

H- On m’a dit que tu étais un sage, est-ce vrai?

S- Non, c’est toi le sage.

H- Hummm! Si j’étais sage, je n’aurais pas besoin de venir te voir.

S- C’est justement parce que tu es sage que tu viens me voir.

H- Ha ok! Je comprends! Tu veux dire que c’est sage de ma part de venir te voir voyant que je ne suis pas bien et que j’ai besoin d’aide.

S- Non, je dis que tu es sage, car tu crois que c’est moi le sage.

H- Je ne comprends rien à ce que tu dis!

S- Wow! Tu es vraiment bon dans ton rôle.

H- Quoi? Une minute tu dis que je suis sage et une minute plus tard tu dis que je joue un rôle. Je ne suis pas sûr d’apprécier ta remarque.

S- En fait, tu ne l’apprécies pas du tout. C’est la raison pourquoi, je dis que tu es sage et que tu joues vraiment bien ton rôle.

H- Je commence vraiment à être hérité!

S- Pourquoi viens-tu me voir?

H- Ça ne va pas bien dans ma vie. Je commence à m’éveiller. Je vois le monde différemment, mais mes proches ne voient rien. Aussi, comme je m’éveille je ne pouvais plus continuer le travail que je faisais avant alors je l’ai quitté. Maintenant, je manque d’argent. De plus…

S- Wow! Tu es vraiment bon dans ton rôle!

H- Comment mon rôle? Pourquoi dis-tu toujours que je joue un rôle?

S- Parce que tu crois sincèrement tout ce que tu me dis. Tu crois que c’est réel.

H- Évidemment que je crois que c’est réel. C’est ce que je vis.

S- Wow! Tu es vraiment très sage! Tu as réussi.

H- Comment « j’ai réussi »? Je n’ai rien réussi, je viens de te dire que je manque d’argent. Tu ne comprends vraiment pas ce que je te dis.

S- Tu as raison. Je ne comprends pas.

H- Je croyais que tu étais sage. Je me suis royalement trompé. Encore une fois.

S- Que veux-tu?

H- Je veux me réveiller davantage et je veux que le monde s’éveille pour me rejoindre pour ne plus être seul éveillé.

S- Comment comptes-tu t’y prendre?

H- Je ne sais pas. Je pense écrire un livre pour éveiller les gens. Ou peut-être des conférences. Les gens ont besoin de voir des gens éveillés comme moi. Des gens qui sont des modèles.

S- Tu me dis cela avec beaucoup de tristesse. Pourquoi?

H- Je ne sais pas par où commencer. Je ne sais pas comment je dois m’y prendre. Il y a tellement à faire.

S- Tu es vraiment beau dans ta tristesse.

H- Je ne suis pas beau. Comment peut ton être beau en étant triste?

S- Parce que tu joues tellement bien ton rôle que tu en es beau.

H- Si tu te moques encore de moi, je vais partir.

S- Je te dis que tu es beau et que tu es sage, je ne vois pas ou est la moquerie.

H- Lorsqu’on dit quelque chose de gentil à quelqu’un et que ce n’est pas vrai on appelle cela de la moquerie.

H- Finalement, je commence à croire que c’est vrai. Tu n’es pas le sage que j’espérais. Je pense que je vais partir.

S- Pourquoi n’es-tu pas déjà partie? Tout ce que je te dis te frustre depuis le début. Alors pourquoi n’es-tu pas déjà partie?

H- Je ne sais pas. Quelque chose me fascine chez toi. Tu es comme un enfant. Tu ne sembles pas vraiment saisir le monde qui nous entoure. Tu ne vois pas le mal qui se fait, la violence la pauvreté, etc.. Tu sembles ne rien voir et j’en suis fasciné.

S- Pourquoi?

H- Je me demande comment on peut être si peu éveillé et ne rien voir de ce qui se passe vraiment.

H- Tu as peut-être raison, c’est moi qui suis sage de voir le monde tel qu’il est vraiment et de vouloir le dire au monde. Je pourrais commencer par toi qui ne vois rien. C’est peut-être pour cela que je viens te voir pour t’éveiller au monde, pour que tu voies enfin le monde tel qu’il est, car c’est lorsqu’on voit le monde tel qu’il est que nous pouvons vraiment le changer.

H- Veux-tu changer le monde?

S- Non

H- Tu ne vois vraiment rien toi.

S- Tu n’aimes pas le monde?

H- Oui je l’aime, c’est pour cela que je veux le changer

S- Humm!

S- Aimes-tu les fleurs?

H- Oui bien sûr. Pourquoi?

S- Essayes-tu de les changer?

H- Non, mais ce n’est pas pareil

S- Pourquoi?

H- Elles ne font de mal à personne elles.

S- Il y a des gens qui te font du mal?

H- Parfois oui, mais pas toujours à moi, aux autres aussi.

S- Et tu crois que ce mal est réel?

H- Bien évidemment! En fait, je ne crois pas qu’il est réel, il EST réel. C’est malheureusement le monde dans lequel nous vivons et pourquoi nous devons le changer. Mon manque d’argent et ma difficulté à payer mon loyer sont bien réels. Ça ne devrait pas exister. Je devrais être en mesure de vivre sur la Terre sans avoir quoi que ce soit à donner à quiconque. Je devrais pouvoir vivre libre. Si tout le monde se réveille comme moi, ensemble on pourra changer les choses.

S- Wow!

H- Quoi?

S- Tu es vraiment beau. Tu y crois vraiment.

H- Certain que je crois qu’ensemble nous pouvons changer le monde.

S- Non, je veux dire, tu crois vraiment que le monde a besoin de changer.

H- C’est évident. Quand tu verras ce que je vois du monde, toi aussi tu verras que le monde a besoin d’être changé.

S- Tu as vraiment réussi.

H- De quoi parles-tu encore? Je n’ai rien réussi encore.

S- Pourtant tu y crois à ce monde désespéré. À ce monde qui a besoin d’être changé.

H- C’est pour moi une évidence.

S- Tu as donc réussi ce que tu es venu faire ici.

H- Je viens de te dire que je n’ai rien réussi encore. Je suis fauché. J’ai des idées, mais je n’ai rien réalisé encore.

S- C’est par ta croyance en ce fait qui fait que tu as réussi ce que tu es venu faire ici.

H- Désolé, je ne te suis pas du tout.

S- Tout ce que tu vois n’est pas réel. Il est le fruit de ta création. Le monde matériel n’est pas réel. Tu es venu y jouer un rôle comme dans un film. Tu es très bon dans ton rôle, car tu y crois au point ou tu es convaincu qu’il a besoin d’être changé.

H- Je sais qu’une partie de moi crée ma réalité, que tout ce que je vois du monde est un reflet de moi-même. Je sais aussi que si je veux changer ce que je vois, je dois me changer. Je l’ai lu, mais je n’y arrive pas. Je ne sais pas quoi changer à l’intérieur de moi pour recevoir l’abondance, pour avoir une relation amoureuse épanouissante et une relation harmonieuse avec mes proches. J’ai fait toute sorte de thérapie, mais je me retrouve au même point. Rien ne change vraiment. Oui, de petites choses changent, mais rien ne change totalement comme je voudrais. Et lorsque je vois le monde dans lequel je vis, je suis découragé. Je ne pourrai pas le changer à moi seul.

S- Que veux-tu réellement?

H- Je veux être heureux et en paix.

S- Que fais-tu pour y arriver?

H- Je médite, je fais de l’exercice, j’essaye de changer mes pensées négatives par des pensées positives. J’essaye de m’aimer davantage et de voir le beau en toute chose. J’essaye de changer pour que ma réalité change et ainsi contribuer à changer le monde.

S- Wow! Tu es vraiment bon.

H- J’essaye de faire de mon mieux pour changer.

S- Non, je veux dire, tu y crois vraiment.

H- Oui, je crois en ce que je fais, c’est ce qui me motive à continuer.

S- Non, je veux dire, tu crois vraiment que tout ça fera en sorte que tu seras plus heureux et en paix. Wow! Tu es vraiment bon!

H- Je pense que si je continue de travailler fort dans ce sens je finirai par être heureux et en paix avec moi-même et ainsi créer une nouvelle réalité.

S- Non, je veux dire, tu crois vraiment que tout cela t’apportera le bonheur que tu recherches. Tu crois que tu as besoin de changer. Wow! Tu as vraiment réussi ce pour quoi tu es venu.

H- Décidément, je ne comprends vraiment pas ce que tu essayes de me dire.

S- C’est pourquoi je dis que tu as vraiment réussi. Tu crois que tu as besoin de changer. Tu ne te rappelles tellement pas qui tu es, que tu penses avoir à changer. Tu es un acteur qui joue un rôle et tu es très bon. La preuve que tu es excellent est que tu crois en ton personnage. Tu crois que ta vie est réelle. Tu crois que tout ce que tu fais a une influence très importante alors tu t’efforces de faire les bonnes choses, de faire les bons choix. Tu travailles fort sur toi pour t’assurer que tu t’éveilles davantage et en même temps tu essayes d’éveiller les autres. Ce qui te rend exceptionnel n’est pas que tu fais tout cela, mais que tu crois vraiment que tout cela est bien réel. C’est cette croyance profonde qui te rend exceptionnel, car c’est la raison pourquoi tu es venu ici, vivre l’illusion au point d’en perdre la vraie réalité. C’est en perdant ta vraie réalité que tu peux vivre pleinement l’illusion et tu as réussi totalement. Tu peux en être très fière.

H- Je ne suis pas sûr de comprendre. De plus, tu me radotes la même chose que le livre Conversation avec Dieu.

S- Si tu es ici, vraisemblablement quelque chose t’a échappé de ce livre.

S- Actuellement, tu es assis non?

H- Oui

S- As-tu pris le temps de prendre conscience de la chaise depuis le début de notre entretien?

H- Non

S- Avant de poursuivre, je dois te poser une question.

H- Laquelle?

S- Veux-tu vraiment changer

H- Ho oui je le veux

S- Alors, arrête de vouloir changer et aime le film dans lequel tu joues.

H- Oui, c’est bien beau, j’ai lu ça plusieurs fois, mais si je ne fais rien rien ne changera.

S- Aime cela et ça changera, car ça changera en toi

H- J’ai lu ça aussi, mais comment puis-je y arriver?

S- Alors voilà, ressens la chaise sur laquelle tu es assis. Prends conscience de ta main sur les bras de la chaise. Ressens comme cela semble réel. Un groupe de petites boules que l’on nomme des atomes sont placées ensemble pour former le bras de la chaise. Tu as l’impression qu’elle est bien réelle et c’est la raison pour lequel tu es venu ici. Tu fais partie de ceux qui ont créé ce monde qui semble si réel au point que tu n’arrives pas à reconnaitre qui ne l’est pas. Si l’on reprend la chaise en bois sur laquelle tu es assis. Pense à la façon qu’elle a été créée. Des hommes ont pensé et dessiné le modèle. Des hommes ont coupé des arbres, d’autres les ont transportés, d’autres les ont coupés, d’autres les ont façonnés et collés pour en faire une chaise. Ensuite d’autres ont transporté les chaises, d’autres les ont exposés, d’autres les ont offerts à d’autres et maintenant tu es assis dessus. Avec ce processus de création, comment peux-tu ne pas croire qu’il n’est pas réel? Tu as participé à cette façon de créer de sorte que c’est presque impossible pour toi de te rendre compte que le monde autour de toi n’est pas réel.

H- Humm!

S- C’est pourquoi je dis que tu es très bon et surtout sage d’avoir participé à la création d’une matrice si bien faite que tu t’y méprends toi-même qui en es le créateur.

H- Comment puis-je m’en libérer maintenant.

S- Tout simplement en aimant ta création. Toutes les fois que tu as vécu l’illusion pleinement comme si elle était réelle, tu as participé à la créer. Alors maintenant soit heureux et même impressionné de ta création. Ta création étant l’illusion que tout ce qui t’entoure est réel. N’est-ce pas magnifique. Ne te trouves-tu pas spécial d’avoir participé à créer une illusion si parfaite que tu réussis à peine à ne pas la voir?

S- Pense à une personne qui te dérange émotionnellement dans ta vie.

S- Est-ce que tu ressens l’émotion?

H- Oui

S- Maintenant, vois qu’elle aussi a créé l’illusion avec toi, à tel point qu’elle aussi ne se rappelle pas qu’elle le fait et qu’elle continue à le faire. Vois qu’elle aussi croit que tout cela est bien réel.

S- Comment la vois-tu maintenant

H- Je la trouve belle

S- Tu es maintenant le réalisateur de ton film

H- Comment ça?

S- Parce que tu vois que tu es un acteur et que les autres le sont aussi comme toi.

H- Humm! Je me suis senti bien un moment, mais je n’arrive pas à rester dans cet état. Comment puis-je y rester? Comment puis-je être toujours le réalisateur et non l’acteur?

S- Seulement en prenant conscience à chaque respiration que tu es simplement un acteur dans le film de ta vie. C’est le grand paradoxe. Lorsque tu prends ton rôle au sérieux, tu es un excellent acteur qui réussit ce qu’il est venu accomplir. Lorsque tu prends conscience que tu es simplement un acteur qui joue pleinement son rôle d’acteur, tu es un excellent réalisateur qui réussit également ce qu’il est venu accomplir. Comprends-tu maintenant pourquoi la recherche de ta mission de vie est absurde?

H- Peux-tu me donner des trucs pour y parvenir, pour que je puisse être dans cet état tout le temps?

S- Prends la décision d’aimer tout ce qui se trouve sur ton chemin. Soit impressionné de la texture de la fourchette que tu tiens avant de manger, du gout de la nourriture ressent la chaise sur laquelle tu es assis et fait de même pour tout ce qui croise ton chemin. Rappel-toi que tu joues dans un film que tu as contribué à créer et soit impressionner et fier du décor et du scénario.

S- Un peu comme si je te téléportais sur une autre planète que tu aurais toi-même créé où les textures seraient différentes, l’air et la gravité également. Les corps et les gens seraient différents, les émotions et les activités aussi. Tu serais là uniquement comme explorateur de ta création comme dans un holodeck de Star Trek et serais impressionné par ce que tu verrais, ressentirais et toucherais. Tu serais impressionné de la façon dont les gens te parleraient et parlerais entre eux, etc.

S- Aime et sois impressionné de participer à ce projet d’illusion. Sois impressionné et aimant des autres qui comme toi vivent l’illusion comme je la vis avec toi actuellement en te racontant tout cela.

S- Le piège que tu te tends à toi-même est que tu lis et entends ces choses sans les expérimenter. Tu ne prends pas la décision d’aimer ce que tu vis, ce que tu vois, ce que tu touches et ce que tu ressens. Tu le fais un moment et ensuite tu retournes à tes angoisses et inquiétudes. Tu replonges dans l’illusion à nouveau, à ton rôle d’acteur. Voilà pourquoi tu cherches encore et voilà pourquoi tu es venu me voir.

H- Wow!

S- C’est ce que je me dis à chaque instant

H- Moi qui croyais que tu n’avais rien compris.

S- Je ne comprends effectivement rien. J’aime

********************************

Je vous offre mon e-book Ensemble pour un nouveau monde que vous pouvez vous procurer en remplissant le formulaire plus bas. De plus, Ensemble pour un nouveau monde est aussi un projet d’écriture où j’invite les enfants, les adolescents et les jeunes adultes à se questionner à travers d’articles pour qu’eux aussi trouvent des solutions pour que tous ensemble nous bâtissons notre nouveau monde. Voir les détails à la fin de l’e-book

 

Je vous offre mon e-book « Ensemble pour un nouveau monde »


Retrouvez les chroniques de Laurent Van der Wee sur la Presse Galactique
[widgets_on_pages id= »COPYRIGHT »]

Print Friendly, PDF & Email