DSC_6863-compressor

par Guilaine Lipski

……La souffrance n’est pas utile pour grandir, elle est pourtant incontournable parfois pour élaguer ou vaincre, selon nos possibilités du moment, ces bastions intérieurs érigés comme des citadelles imprenables qui nous éloignent cependant de la vraie vie……Celle où nous serions sereins et légers, capables de vivre, d’accueillir ce qui est, sans refus, sans opposition.

Je me suis beaucoup questionnée sur l’utilité d’écrire parce que je sais que tout apprenti-sage intégré provient d’une expérience personnelle, celle que nous créons, que la Vie nous envoie. Suggérer à une personne en souffrance d’accueillir ce qui est, ne lui permettra pas d’accueillir si elle n’est pas encore prête en l’instant à le vivre, à lâcher, à dire oui. Accueillir est un cheminement intérieur. Au mieux les mots lui offriront une éventualité ou une ouverture ou la meilleure piste qui soit pour plus tard mais ils ne franchiront jamais les barrières intérieures en l’instant, si barrières il y a.

Mais les mots sèment des graines…. alors finalement ils sont utiles !

Accueillir demeure cependant le fruit d’un processus intérieur, un voyage qui commence avec la maladie, la perte, l’accident, le deuil, ensuite nous ferons comme nous pouvons et nous apprendrons à accueillir avec plus ou moins de facilités.

Il me semble que nous expérimentons la souffrance pour en avoir tellement assez un jour de souffrir que nous lâchons notre volonté humaine et accueillons, acceptons ce qui est comme cela est parce que nous ne sommes plus en capacité de faire autrement.

Alors autre chose peut s’ouvrir…..magie de la vie si difficile à atteindre parfois.

Notre libre-arbitre peut générer la paix ou le chaos, nos choix peuvent être parfois lourds de conséquences ou libérateurs. Sommes-nous vraiment libres de choisir ? Tout dépend de ce qui dort en nous et qui distille sérénité ou venin !

En fin de compte notre responsabilité est grande de faire de notre mieux pour être en capacité d’accueillir puis accepter ce qui est. Cela est la sagesse, cette sagesse cependant est un état d’être qui s’apprend, nous ne naissons pas encore avec et il nous revient de choisir de la mettre en place dans nos vies.

Elle demeure la voie de la libération et du bonheur, aussi de la facilité pour créer autre chose qui nous convienne mieux, ELLE est un choix exigeant mais rempli de promesses.

La sagesse est aussi ce que l’égo voudrait ignorer tant il est persuadé de savoir ce qui devrait être ou pas, lui se sent toujours légitime dans ses revendications. Finalement l’égo lui aussi est une expérience, celle de l’opposition et de ce qu’elle engendre dans notre vie, il nous faut parfois beaucoup de temps pour en prendre conscience.

Accueillir que ce que nous ne savons pas être encore est aussi parfait, cette inaptitude momentanée est, fait partie de l’apprenti-sage, nous sommes là pour ça. Cependant le temps que nous mettrons dépendra de notre vécu, de notre histoire alors en attendant d’y parvenir, poser la tendresse sur tout ce qui est tout en demeurant dans le respect de soi bien entendu !

De coeur à coeur

Guilaine

lorsque_lamour-compressorebook de 200 pages DISPONIBLE ICI

Source: http://lapressegalactique.org

[widgets_on_pages id= »COPYRIGHT »]

EN DIRECT DEMAIN 20:00 sur LGC-TV

« Comment une femme apprend à aimer celui qui la méprise ? »

avec Guilaine Lipski

Print Friendly, PDF & Email

Partagez sur: