arbrebroceliande2-compressor
par Marie Ribeill
La forêt de Brocéliande recèle bien d’autres trésors que ceux que l’on a l’habitude de citer lorsqu’on pense à ce petit coin de Bretagne…
Hormis les sites connus et rattachés à bon nombre de légendes, se trouvent également les vieilles pierres, les vieilles bâtisses, les églises et autres mégalithes plus discrets…
Je n’appartiens à aucune religion, du moins, je ne me sens attachée à aucune. Ma Foi, je la vis en totale liberté de Coeur et d’Esprit. Malgré tout, j’aime me recueillir dans les lieux de culte, et plus particulièrement, ceux dont on ne compte plus les années… Car ils offrent cette paix, cette quiétude et cette solitude, propres à me laisser inspirer…

 

C’est ainsi que j’ai découvert une petite église qui, vu de l’extérieur, ne paie pas de mine, mais qui pourtant, à l’intérieur, cache bien des secrets… Il s’agit de l’église du Graal dans le petit village de Tréhorenteuc, non loin du Val sans Retour.

 

En apparence simple et dépouillée, cette petite église est l’écrin de nombreuses symboliques mêlant les légendes de la Table Ronde, le christianisme et la tradition celtique. C’est l’abbé Gillard qui, dans les années cinquante, pris soin d’investir son temps et sa foi dans la restauration de cette église, prêtant à chaque détail, une symbolique ésotérique.
Le simple fait de s’aventurer dans ce sanctuaire est la métaphore d’une aventure intérieure…

 

Ayant eu un vrai coup de coeur pour ce lieu à la fois complexe de sens et d’une étonnante simplicité, j’y suis revenue une seconde fois pour me recueillir pleinement… À l’intérieur, se trouvaient trois hirondelles voletant gaiement devant moi, le temps de ma prière. J’ai remercié pour ce nouveau cadeau, aussi symbolique que l’église qui m’en a fait présent.

 

J’ai visité d’autres bâtisses, et j’ai également pu admirer le diable sculpté de l’église de Campénéac, assez étonnant à voir, et lui aussi, chargé d’une précieuse symbolique puisqu’il est placé sous la chaire, écrasé sous l’office du prêtre et la puissance du Christ.
Mais à part ça, aucun autre lieu de culte ne m’a autant fait chavirer le Coeur que cette petite église de Tréhorenteuc.

 

À l’orée de Brocéliande, se trouvent d’autres merveilles, d’autres sites généreux et magnifiques à admirer. C’est ainsi qu’un peu par hasard, je me suis rendue à Monteneuf… Je n’avais jamais entendu parler de l’endroit, et honnêtement, j’avais hésité à m’y rendre, ayant peur de faire de la route pour rien.
Mais une fois là-bas, mes craintes se sont vite envolées puisque j’ai vécu un très beau moment et un très beau soin, canalisant, au passage, un message fort de justesse et de sagesse.

 

Les menhirs de Monteneuf sont très nombreux puisqu’à ce jour, environ 420 ont été retrouvés, tous éparpillés dans la forêt. Nous en avons vu une quarantaine, et c’est au pied de l’un d’entre eux que j’ai passé un bien joli moment.
Alors que nous arrivions sur le site, j’ai eu envie d’aller ressentir l’énergie du lieu, j’ai choisi un menhir par instinct, c’était le plus grand, le plus massif, j’avais l’impression qu’il m’appelait, c’était le seul qui avait du lierre grimpant à sa base.
J’ai plaqué mon dos contre lui, et là… J’ai senti une énergie incroyable, bien plus qu’à l’hotié de Viviane. Et tout à coup, je me suis mise à pleurer, sans pouvoir m’arrêter.
Toutes les émotions difficiles que je retenais inconsciemment depuis des semaines, se déversaient là, dans la terre. J’avais l’impression que le menhir m’offrait toute sa puissance pour enfin lâcher les vannes, me nettoyer, me purifier. À chaque fois que j’essayais de me ressaisir, de nouveaux sanglots arrivaient… Cela dura une bonne vingtaine de minutes.
Une fois les larmes taries, j’ai senti l’énergie envelopper mon cou et le haut de mon dos. Cela faisait des semaines que je souffrais de migraines journalières provoquant, du coup, un épuisement extrême. Dès le lendemain, je ne souffrais plus de mes céphalées et ma nuque n’était plus raide, j’ai ainsi pu dormir comme un bébé…
Lors du soin, j’ai également senti des présences, je ne saurais vous dire qui ou quoi, je m’en fichais pas mal, à vrai dire… Car j’étais bien. L’énergie était chaude, rassurante, intense.
Bien que le tourisme ait fait de cet endroit un site fréquenté, pour qui veut bien voir ou ressentir, il se dévoile dans ses mystères et son Sacré…

 

Une fois apaisée, je me suis assise sur un menhir couché qui lui faisait face, j’ai sorti mon carnet, et j’ai laissé les énergies du lieu me dicter un message à la fois personnel et universel. Le voici :

« Écris ton Chemin. Bénis soit ton Chemin.

La Quête du Graal est en Toi. C’est ce chemin pour le retrouver qui importe. *J’ai la vision d’un coeur flamboyant* Le Coeur du Christ est en Toi. C’est ça, le Graal.

Bénis soit ton Chemin.
Jamais ne t’en fais, tu es guidée dans le Juste et le Parfait.
Grandis-toi, dans la Grâce et le Sacré. Verse, de ta coupole sacrée, le Bon dans chacune de tes paroles, de tes pensées. Ne laisse jamais le Mal s’emparer de tes intentions, de tes actions.
Sois toujours supérieure en pensée. Sois toujours guidée par la Lumière et l’Amour sacré.

Écris, laisse la Plume et ton Coeur te guider.
Ne vois pas par le manque et l’ici-bas, mais par le Coeur, le Coeur Sacré.
Aie Foi en ce que tu crois et toujours, tu seras guidée vers le Meilleur pour Toi.

Emporte ce souvenir avec Toi. Et rappelle-toi qu’il n’y a pas de place en Toi pour ce qui n’est pas abjuré de fautes, seulement pour le Sacré.
Laisse la Vie te porter dans ses bras, ne t’en fais pas et part à la rencontre du Sacré. Laisse-le te guider, il est seul à savoir ce qui, pour Toi, est Juste et Parfait.
Tu as tant à donner… Ne sois pas avare de Bonté. Et donne, dans le Présent, toute ta Bonté, ta Lumière et ta Beauté.
Sois le reflet de ta Coupe Sacrée, pour que chacun, aussi, apprenne à Verser »

 

Ce moment passé à Monteneuf aura certainement été la claque de ce séjour… Cela m’a complètement ré-alignée et c’est aussi pourquoi en rentrant chez moi, j’ai pris la décision de me réorganiser pour évoluer dans mon activité comme j’en ai envie, en me concentrant sur ce qui fait vibrer mon Coeur et non en me conformant à ma peur du manque, ou aux barrières limitantes que l’on s’érige par confort ou sécurité.
C’est pourquoi je garderai bien en mon Coeur ce souvenir, comme il me le conseille d’ailleurs, car si jamais mes anciens réflexes viennent à pointer le bout de leur nez, je serai plus à même d’y faire face, de ne pas les laisser me gouverner. Car tout au long de cette année, même si j’ai avancé dans le bon sens, il n’empêche que je me suis souvent auto-sabotée…
Alors merci à ces énergies sacrées d’avoir pris soin de me ré-aligner, d’enlever ce flou qui, depuis trop longtemps, m’aveuglait…
Je vous laisse en compagnie de la vidéo que j’ai faite de cette première partie du voyage… Et je vous retrouve bientôt pour un dernier article non pas sur Brocéliande, mais sur les quelques autres détours faits en terre bretonne…

 

Print Friendly, PDF & Email