Précédent
Suivant

4d2db0f17649b8d-compressor

Un article scientifique qui donne la mesure des changements qui sont entrain de se dérouler.
N’oublions pas que tout est inter-connecté dans l’univers. Les changements qui se produisent au sein même de notre système solaire, se répercutent en nous-mêmes. Ce sont les prémices de la notion de transition dont parlent nombre d’enseignements. Le soleil est le coeur de notre système solaire. Il permet la vie. Lorsque son activité change, cela nous affecte directement…

Des scientifiques, et plus particulièrement le Dr Alexey N Dmitriev, ont découvert que le Système Solaire, le soleil et la vie elle-même subissent des mutations exceptionnelles.

Le Soleil

Le Soleil est le centre de notre Système Solaire et toute la vie qui se trouve sur cette Terre provient du Soleil. S’il n’y avait pas de Soleil, nous ne serions pas en vie. C’est un fait purement scientifique. Et donc n’importe quel changement qui se produit dans ou sur le Soleil affectera en fin de compte toute forme de vie.

L’activité solaire durant le dernier cycle de taches solaires a été plus importante que tout ce qui a été vu auparavant. Cependant, tous les astronomes à qui j’ai parlé, à l’exception d’un seul, ont insisté pour affirmer que tout était « normal ». Une seule personne de la NASA, a prétendu que ce qui se passait au niveau du Soleil était incroyable. Elle a également dit qu’elle n’était pas « autorisée » à en parler, mais a tout de même lâché quelques infos.

Analysons la question : Qu’est-ce qui est encore normal ?

Pour les scientifiques, le concept de « normalité » est sur l’étude à long terme de phénomènes, en analysant les résultats obtenus. Mais dans le cas du Soleil, nous ne l’étudions que depuis 100 ans, et ce n’est qu’à partir de la deuxième moitié du 20e siècle que nous avons utilisé des instruments précis. Puisque le Soleil est âgé d’au moins 4.5 milliards d’années, notre étude sur 50 ou 100 ans équivaut à analyser la dernière ou les deux dernières secondes de la vie d’un homme qui aurait vécu 100 ans. Considéreriez-vous sa biographie comme fiable ?

En réalité, nous ne savons rien du Soleil qui nous permettrait de dire ce qui est « normal » ou non. Nous savons, cependant, que le champ magnétique du Soleil a changé ces 100 dernières années. Il existe une étude réalisée par le Dr Mike Lockwood des Laboratoires Nationaux de Rutherford Appleton, en Californie. Le Dr Lockwood a examiné le Soleil et rapporte que depuis 1901 la puissance du champ magnétique du Soleil s’est accrue de 230 %. Personne ne sait ce que cela signifie vraiment ; c’est seulement une observation. Et nous savons qu’une partie de l’activité solaire, durant son dernier cycle, était plus grande que tout ce qui a été enregistré auparavant. Mais nous n’en connaissons pas la signification.

Le Système Solaire

Une information de Russie, de l’Académie Nationale Russe des Sciences, en Sibérie, précise que les scientifiques sont arrivés à la conclusion que nous nous sommes déplacés dans un secteur de l’espace qui est différent, et possède un niveau d’énergie beaucoup plus élevé. Les scientifiques russes décrivent des changements dans l’espace que l’on n’a encore jamais vus auparavant.

Voici des extraits de son rapport :

Modification du front de l’Héliosphère

Le Soleil a lui aussi un champ magnétique, et ce champ magnétique forme un « œuf » autour du Système Solaire que l’on appelle « héliosphère ». L’héliosphère est en forme de larme, la partie longue et mince de la goutte pointant dans la direction opposée à celle dans laquelle nous voyageons. Les Russes ont examiné le front de cette héliosphère et ils y ont observé une énergie de plasma rayonnante et mouvante.

L’héliosphère du Soleil avait habituellement une épaisseur de 10 unités astronomiques (une unité astronomique correspond à la distance de la Terre au Soleil, soit approximativement 150 millions de km) – 10 unités astronomiques représentaient l’épaisseur « normale » de cette énergie rayonnante que nous avions l’habitude de voir dans notre Système Solaire. Le Dr Dmitriev dit qu’aujourd’hui cette énergie rayonnante a une épaisseur de 100 unités astronomiques.

L’Académie Nationale Russe des Sciences ne nous donne pas de chronologie, mais le changement entre ce qui était connu et accepté et son état actuel représente une augmentation de 1000 %. Et les Russes prétendent que cette modification du soleil interagie sur les planètes et leurs formes de vie. Ils rapportent également, sans l’expliquer, que la spirale d’ADN elle-même change. Ils ont le sentiment que l’expansion continuelle de l’héliosphère nous entraînera finalement vers un nouveau niveau d’énergie, qu’il y aura probablement une expansion soudaine des longueurs d’ondes harmoniques de base que le Soleil émet à mesure qu’il émet de l’énergie et que cette augmentation d’émissions énergétiques changera la nature basique de toute matière dans le Système Solaire.

C’est une déclaration assez hardie, mais elle est argumentée de données : Les atmosphères de cinq planètes, de la Lune, de la Terre, changent. Lorsque les États-Unis ont atterri sur la Lune en 1969, il n’y avait aucune atmosphère. Depuis, la Lune, s’entoure d’une atmosphère qui n’était pas là auparavant, constituée d’un composé auquel le Dr Dmitriev se réfère comme du « Natrium ». Cette nouvelle atmosphère a maintenant une épaisseur de 6,000 kilomètres.

L’atmosphère de la Terre, quand à elle, forme du gaz HO dans ses niveaux supérieurs, il n’existait tout simplement pas dans les quantités où on le trouve maintenant. Les Russes précisent que ceci n’a pas de rapport avec le réchauffement planétaire et pas de rapport non plus avec les gaz CFC ou les émissions de fluorocarbone ou quoique ce soit d’autre. Cela apparaît tout simplement. L’atmosphère Martienne devient considérablement plus épaisse qu’elle ne l’était auparavant.

La sonde spatiale Observer envoyée sur Mars en 1997 a perdu un de ses miroirs, ce qui a entraîné sa chute. Cet accident s’est produit parce que l’atmosphère était deux fois plus dense que la NASA ne l’avait calculé. En fait, le vent qui soufflait sur ce petit miroir était si élevé qu’il l’a arraché. D’après les Russes, les atmosphères de Jupiter, Uranus et Neptune changent aussi, sans en donner plus d’explications. La brillance des planètes change. La brillance générale de Vénus est nettement plus importante. La charge énergétique de Jupiter est devenue tellement élevée qu’il y a véritablement un tube de radiation ionisante visible qui s’est formé entre la surface de Jupiter et de sa lune Io.

En fait vous pouvez voir le tube d’énergie lumineux sur les photographies récentes. Uranus et Neptune deviennent aussi plus brillants. Les champs magnétiques changent. Le champ magnétique de Jupiter a plus que doublé. Le champ magnétique d’Uranus change, aucune explication. Le champ magnétique de Neptune augmente. Ces trois planètes deviennent plus brillantes et leurs qualités atmosphériques, selon les Russes, changent, mais ils ne l’expliquent pas. Les Russes annoncent qu’Uranus et Neptune semblent avoir subi une inversion récente de leurs champs magnétiques.

Lorsque la sonde spatiale Voyageur II est passée à près d’Uranus et de Neptune, les pôles magnétiques apparents du Nord et du sud s’étaient considérablement déplacés par rapport aux enregistrements précédents. Dans un cas, c’était une différence de 50 degrés et dans l’autre la différence était d’environ 40 degrés.

La suite sur : http://etredelumiere.ordi-netfr.com/

 

 

Print Friendly, PDF & Email

Partagez sur:

Précédent
Suivant