Print Friendly, PDF & Email

finalChoice-compressor

par Guilaine Lipski

…..Les déménageurs m’ont demandé où j’allais, j’ai répondu : Je n’en sais absolument rien, les meubles iront au garde-meuble… J’accueille, j’accepte ce qui est aujourd’hui dans ma vie, je dis oui à l’apprentissage difficile de la confiance sans conditions. Je n’ai d’autre choix que d’accueillir l’inconnu ou bien alors souffrir de mon impossibilité à maîtriser ce que je ne peux saisir, identifier, limiter en fin de compte. J’ignore où la vie m’appelle, m’attend, je ne sais où se trouve la meilleure place pour moi. La direction de mon cœur semble muette alors j’attends les signes qui me donneront cette direction, j’attends que mon cœur entre en réaction à un moment donné.  Je sens mon âme aventureuse me pousser à couper les amarres qui me retenaient au non-changement pour sécuriser le cœur de la petite fille de cinq ans en pension….

J’avance à tâtons, un pas dans la confiance puis deux en arrière dans le doute et la confusion du mental avec des « et si…. », j’imagine que c’est cela l’apprentissage de la Guidance intérieure, celle que nous portons tous en nous mais que nous oublions si souvent en faisant confiance parfois à d’autres censés mieux savoir que nous ! Apprendre à retrouver le chemin de nos ressentis, guérir cet état destructeur de coupure d’avec nous-même pour cause d’avoir dû se protéger pour rester debout….

Apprendre c’est marcher dans l’expérience et cette pratique de la route devient expérience du chemin, un apprenti-sage ! Cet inconnu nous offre aussi si nous le voulons bien la possibilité de nous laisser surprendre, de faire des rencontres, découvrir de nouveaux lieux, accéder à nos rêves qui sait ?

Pourtant cette idée du cheminement cède souvent la place à la pratique de l’auto-sabotage dû à nos peurs d’enfant laissé pour compte, abandonné, rejeté et quoi de plus normal ?! Ainsi parfois ou souvent l’expérience de la route devient  l’usage de l’autoroute linéaire et sans surprise de façon générale. Nous roulons, vivons en apnée entre les glissières de sécurité sans retour possible ou bifurcation envisageable  qui nous ferait perdre du temps inutilement, du moins c’est ce que nous avons été éduqués à croire.

Nous suivons le flux, c’est plus rassurant que de se retrouver seul au milieu de nulle part, et si au milieu de ce  nulle part nous pouvions découvrir  qui dort en nous et nous révéler magicien ? Découvrir quelque chose de nous que nous ignorons ?

Mais non, le formatage veille et nous avalons le bitume, parcourant un tronçon déterminé par ce que nous avons décidé….aucune place au merveilleux, à l’incroyable. Ticket d’entrée et paiement à la sortie, aucune  surprise mais  c’est tellement plus rassurant ainsi.

Et la vie passe sur cette voie balisée qui nous protège de nos peurs d’enfant, moins de peurs et plus de confort ainsi, nous ne sommes qu’humains après tout et personne ne  nous demande de nous surpasser.  Vraiment ?

Sauf peut-être cette partie de nous au point mort qui hurle de désespoir parce qu’elle sait bien que nous sommes dans la peur donc l’incapacité   de prendre le volant de notre vie, LA NÔTRE ! Pas celle induite par l’éducation et la société mais  celle des envies de notre cœur qui aspire à plus de bonheur, de plaisir et moins d’assurance ‘’tous risques’’ probablement.

Prendre le risque de vivre, du plaisir, entrer en contact avec soi. Ce franchissement du seuil pour l’inconnu où on laisse l’ancien pour aller vers le nouveau est un vaccin contre le désespoir qui ne manquerait pas de surgir au crépuscule de notre vie sans doute où l’on se dirait : « J’aurais dû oser, prendre le risque de vivre vraiment, qu’avais-je à perdre, ma vie était-elle tellement formidable qu’il me fallait la statufier ? ».

Et si en osant avec confiance, dans l’énergie d’aujourd’hui,  nous ouvrions la porte à l’incroyable, le merveilleux, l’inimaginable…..pour de vrai !

Je crois que cela vaut le coup d’essayer, essayer de s’aimer assez pour se faire vraiment confiance (ne sommes–nous pas chacun une partie du tout ?)et prendre les routes de traverse qui conduisent à la clairière de Merlin l’Enchanteur (mon ami et mon doux Maître).

C’est aujourd’hui mon choix, je ne veux plus laisser la peur de mes cinq ans diriger ma vie en me satisfaisant d’une routine sécuritaire mais mortifère pour mon âme. J’ignore  où je vais,  France ou étranger je ne sais mais ce dont je suis convaincue : c’est de mon choix intérieur d’expérimenter la magie de l’Univers et pour cela je ne dois organiser qu’au minimum, limiter, maîtriser..…et de toute façon je n’ai aucune idée précise, juste une intention celle de retrouver un écrin de verdure et si le ‘’charme’’ opère ce sera entre mer et montagne….

De coeur à coeur avec vous si le doute obstrue votre chemin….réfléchir au sujet de ce que nous ignorons ne nous apportera pas les bonnes réponses alors….sautons et voyons ce qui se passe…. Qu’avons-nous à perdre ?

Guilaine

lorsque_lamour-compressorebook de 200 pages DISPONIBLE ICI

Source: http://lapressegalactique.org

[widgets_on_pages id= »COPYRIGHT »]

 

Partagez sur: