road

par Laurent Van der Wee

 

Bien que la plupart d’entre vous qui lisez cet article aspirent à vivre dans les dimensions supérieures où l’amour et la paix sont au premier rang, la troisième dimension n’est pas un plan qu’il faut fuir. En fait, méditer ou travailler sur soi pour ne plus vivre la troisième dimension ne nous propulse pas vers les dimensions supérieures. Au contraire, c’est en nous permettant de la vivre pleinement que ce plan se transforme.

Voici quelques exemples :

  • Mon alimentation se transforme lorsque j’aime et j’apprécie mon alimentation présente.
  • Mon corps se transforme lorsque je suis en paix et j’aime celui que je vois dans le miroir.
  • Ma haine se transforme lorsque je me permets de ressentir cette sensation.
  • Ma culpabilité se transforme lorsque je m’aime dans ma vulnérabilité. Lorsque j’aime la sensation que procure la vulnérabilité.
  • Mes peurs se transforment lorsque j’aime et accepte la sensation qu’elle procure.

Vivre la troisième dimension veut dire ressentir la troisième dimension. C’est dans le corps que nous vivons, car c’est le corps qui nous permet de ressentir. Les sensations sont de l’énergie et ne pas vouloir ressentir crée des nœuds dans le corps qui empêche l’énergie de circuler.

Alors si je peux me permettre, si vous vivez une situation que vous voulez changez ou transcender, si vous préférez ce terme, vous y arriverez lorsque vous ne tenterez plus d’essayer de la changer. Parce que si vous tentez de changer une situation, cela veut dire que vous n’aimez plus la situation. Si vous n’aimez plus la situation, cela veut dire que vous ne voulez plus la vivre donc vous ne voulez plus la ressentir. Paradoxalement, c’est lorsque nous nous permettons de ressentir, d’aimer, d’être en paix avec les situations, les autres et nous-mêmes que l’opportunité de les changer se manifeste à nous. C’est une loi.

Il n’y a rien de plus simple. La seule chose qui retarde un changement est le fait de vouloir ce changement à tout pris. C’est-à-dire l’émotion de peur, de haine et de culpabilité envers la situation, empêche ce changement de se manifester.

Vous aurez beau visualiser une nouvelle situation avec joie et bonheur, si vous n’avez pas le même sentiment envers votre situation présente celle-ci ne pourra changer.

Je vous propose donc quelques réflexions et outils pour approfondir cette idée.

  • Prenez conscience que tout ce que vous vivez à l’extérieur de vous est un reflet de ce qui se passe à l’intérieur de vous. Alors tout tout tout, les gens et les situations qui font monter une émotion de peur, de colère, de tristesse ou de culpabilité en vous, sont le reflet d’un manque d’amour. Ils sont le reflet des deux fausses croyances suivantes que vous alimentez et croyez :
  1. Je ne suis pas aimable par mon père, ma mère, moi-même, etc.
  2. Je suis seul et séparé de tout. ( ou si vous préférez, de Dieu ou de la conscience universels, etc.) Je ne suis donc pas aimé de Dieu.
  • La profondeur de chacune de vos blessures vient directement de ces deux fausses croyances. La réalité à redécouvrir est la suivante : JE suis UN avec le tout
  • Ne perdez plus de temps à analyser les points négatifs d’une personne ou d’une situation. Ne perdez plus de temps à vous blâmer ou à blâmer qui que ce soit. Ne perdez plus de temps à juger qui que ce soit ou quoi que ce soit, mais permettez-vous de ressentir avec désir de ressentir tout les sensations qui circulent en vous.
  • Prenez conscience que les sensations sont la vie. La vie est composée de sensations uniquement. Il n’y a donc pas de bonnes ou de mauvaises sensations. En reconnaissant ce fait, vous transcendez la troisième dimension, mais pas pour ne plus ressentir, mais pour ressentir autre chose, car être humain c’est ressentir, point. La reconnaissance et l’acceptation de ce fait est votre salut.
  • Prenez conscience qu’il n’y a pas de but à atteindre dans la vie autre que celui de vivre pleinement le chemin qui nous mène vers les buts que nous nous fixons. Le but de la vie est donc le voyage et non le but en tant que tel. En cette période, cette connaissance est cruciale. La mode new age ou le mouvement « zennétude » a parfois la tendance de nous faire croire que le but de notre vie est d’être plus éveillé et donc de ne plus vivre de peur de culpabilité et de colère, alors que le but de l’ascension est justement de les vivre pleinement et consciemment pour ensuite ressentir autres sensations.
  • Prenez conscience que l’amour est une énergie. Énergie égale ressentie et sensation. Par conséquent, pour ressentir l’amour nous devons ressentir le non-amour. Le non-amour est donc la peur, la colère et la culpabilité. Pour ressentir pleinement le non-amour, nous devons aimer le non-amour. Ceci est l’un des plus grands paradoxes à prendre conscience présentement, si nous voulons cheminer. Cheminer veut dire ressentir toutes les étapes du chemin qui s’offre à nous.
  • Prenez conscience qu’aimer le non-amour est une décision de votre part et de votre part seulement. Et là, réside tout votre potentiel, toute votre grandeur, toute votre force et tout votre pouvoir. Voici donc les outils que je vous propose.
  1. Faites une liste de tout ce que vous n’arrivez pas à aimer.

Prenez un point à la fois de cette liste et prenez conscience de l’émotion qui monte en vous. Est-ce de la peur, de la colère ou de la culpabilité? Écrivez-la au besoin. Permettez-vous d’aimer cette émotion. Aimer veut dire ressentir. Alors, aimez et ressentez ce qui monte en vous lorsque vous y pensez. Si vous ne pouvez pas ressentir complètement la sensation, demandez-vous pourquoi vous ne voulez pas la ressentir. De quoi avez-vous peur? Lorsque vous aurez trouvé, permettez-vous de ressentir cette nouvelle peur. Si c’est trop intense, reposez-vous, mais revenez faire cet exercice lorsque vous serez reposé. Demandez à vos guides de vous accompagner. Cet exercice est très puissant, mais aussi très exigeant si vous croyez que la sensation est dangereuse à vivre. Il n’y a aucun danger à ressentir pleinement une sensation. C’est une fausse croyance de le croire. En fait, c’est l’inverse. Refouler une sensation est la graine qui fait germer la maladie et la blessure physique.

  1. Pour aimer, portez votre attention à votre cœur et en même temps prenez la décision d’aimer.
  • De cette façon aimer votre culpabilité
  • Aimer vos colères
  • Aimer vos peurs
  • Aimer votre vulnérabilité
  • Aimer les gens et les situations qui déclenchent en vous des émotions
  • Faites la liste des fantasmes de votre enfant intérieure. Ne les nié pas. Acceptez-les et aimez-les
  1. Pour vous aider à aimer, demandez-vous à quoi vous sert la situation présente que vous voulez changer
  • Pourquoi ai-je peur de cette personne?
  • Pourquoi ai-je de la culpabilité envers cette situation?
  • Pourquoi ai-je de la colère envers cette personne ou cette situation? De quoi ai-je peur?

En conclusion : Aimez est une décision que vous pouvez prendre ou non. Peu importe votre décision, vous réussissez votre vie de toute façon, car la vie n’est pas quelque chose qui peut être réussi. Elle EST tout simplement. La vie c’est ressentir, alors peu importe ce que vous décidez de faire ou de dire, vous ressentez et donc vous réussissez. À partir du moment que vous vivez cette connaissance, vous transcendez la 3D.

Laurent

Retrouvez les chroniques de Laurent Van der Wee sur la Presse Galactique
[widgets_on_pages id= »COPYRIGHT »]

Print Friendly, PDF & Email

Partagez sur: