par Bérengère

Bonjour les lumières et en route pour 2017. Une année où lâcher-prise et créer son quotidien est au coeur de l’énergie de cette nouvelle année. Alors il m’a semblé intéressant de revenir non pas sur les multiples techniques que l’on trouve un peu partout, ni sur le fait de visualiser de façon positive, mais bien de faire le chemin inverse.

Parce que la plus grande entrave au bien-être, au bonheur et à la création positive de soi, réside dans la résistance à ce qui EST.  Lorsque l’on dit « CELA EST », vous pouvez résister autant que possible, dire non, je ne veux pas, c’est injuste, si j’avais fait ceci ou cela, si l’autre (pire encore) avait fait ou dit ceci ou cela, vous pouvez recréer tous les scénari possibles, la véritable réponse, la réalité présente à cet instant T, c’est que ce que vous ne vouliez pas EST là. Vous en détourner n’y changera rien, vous aveugler n’y changera rien, tout ce que vous y gagnez, c’est la descente immédiate des énergies négatives, des blocages et des noeuds dans votre tête et votre corps.

Car : Cela EST !

Dans le processus classique, la technique donne ceci.

La question pourrait alors être : « Pourquoi je refuse ce qui est? » A ce stade, je ne vais pas essayer de changer les choses, je vais par contre mettre de la lumière en moi sur le sentiment qui jaillit, l’émotion première : Colère, injustice, tristesse, peur etc. Reconnaitre son émotion est une première étape vers sa libération, je lui donne le droit d’exister, de se mouvoir en moi et de l’évacuer plus facilement. Cette émotion reconnue va me permettre de regarder alors ce que j’aurais voulu à la place de ce qui est. Alors j’exprime ce que j’aurais voulu.

Arrivés là, soit on est assez construit et fort pour repérer tous les mécanismes qui nous ont amenés ici et on arrive à se dire que l’univers nous apporte toujours ce qui est juste et ce qu’on demande (ce qui implique de repérer dans quelle mesure, j’ai demandé le contraire de ce que je croyais vouloir), soit on souffre jusqu’à ce qu’on « Abandonne » ou qu’on se « Résigne » et on sait comme cette façon de faire génère des « petites maladies mentales ou physiques ». Parfois on y arrive, mais dans 70% des cas, honnêtement, on se débat un temps infini avec nos ruminations.

Pourquoi?

Parce qu’on a tendance à nourrir ce qu’on regarde. Et quelle est la dernière chose qu’on vient de regarder dans ce processus? On a exprimé en dernier « Ce qu’on aurait voulu à la place de ce qui est »… On continue de mettre notre pensée sur l’insatisfaction, sur le regret, sur ce qui n’est pas.

Je continue donc d’alimenter et de faire grandir la résistance à ce qui est. Car alors, si je décide de poser une action pour changer les choses ou les faire évoluer, mon Intention de départ sera :  » Je veux ceci, donc, je vais le faire pour contrer le résultat actuel » Toute action dans l’énergie de faire contre ce qui Est, est une énergie négative, lutter contre ce qui est, c’est renforcer ce qui est, vous courrez à l’échec, à l’épuisement, à la déception.

Alors comment faire?

Je vous propose, si vous êtes tordus comme moi et du genre à nourrir la nostalgie de ce que vous avez perdu ou de ce que vous n’avez pas obtenu, de prendre les choses dans l’autre sens. Un événement se produit et ça coince? Je vais commencer directement par me rebeller et dire NON ! Moi, je voulais que ce soit comme ci, comme ça, de telle manière ! et je vais l’exprimer très clairement en moi. Car alors, l’enfant égo qui refuse ce qui est peut être entendu et reconnu pour ce qu’il voulait. Un peut comme avec un enfant. Au lieu de lui répondre : « C’est comme ça » lui laisser la place en lui demandant « qu’est-ce que tu voulais vraiment? » et l’écouter exprimer simplement mais clairement ce qu’il voulait.

Une fois que c’est sorti, dit, écrit, la partie de mon égo qui résiste se sent reconnue, écoutée, existante. C’est essentiel car cela permet de mettre un mot sur l’émotion. Une fois reconnue le désir premier, on va pouvoir regarder que ce que cela génère, c’est de l’incompréhension, de la peur, de la colère, de la tristesse etc. A présent, on ne regarde plus ce qu’on voulait et qui n’est pas, mais on regarde ce que ça fait dedans. On permet donc à l’émotion de s’exprimer et de se libérer elle aussi.

Dernière étape, après avoir crié, pleuré, pesté pour exprimer l’émotion bloquée, je vais finalement regarder maintenant ce qui est. Si vous avez vraiment bien suivi ces étapes vous verrez que vous regarderez Ce qui Est non pas comme un ennemi mais comme une conséquence différente. Cette vision ne sera pas tendue, elle sera alors « qu’est-ce que je peux faire avec ce résultat? » est-ce que je peux l’accepter en me disant que c’est ce qui est juste pour moi ici et maintenant? Ou est-ce que je continue de le refuser et tenant compte des paramètres qui font ce résultat aujourd’hui, quelle action je peux poser pour modifier les choses en fonction de ce qui est?

Agir pour… et non pas contre.

Je ne regarde plus la résistance en moi, je regarde ce qui est, j’accueille ce qui est et je vois comment me situer vis à vis de cela. Si je reconnais que ce qui est là, ici et maintenant, est ceci et non pas ce que je désirais, si simplement je reconnais que cela est, je ne suis pas en train de lui dire oui pour autant… Je peux accepter que la réponse à cet instant T soit cela, mais décider de poser des actions pour modifier ce qui est modifiable, en conscience et c’est aussi cela, lâcher prise. Ne pas bloquer et focaliser sur le résultat présent. Pour exemple, à la manière que quelqu’un qui joue au scrabble, si votre adversaire pose son mot sur la lettre que vous aviez choisie pour le vôtre, si vous bloquez sur ce fait, vous allez vous énerver mais ça ne va rien changer pour autant, pire encore, vous n’allez pas être dans l’ouverture d’esprit suffisante pour trouver au autre mot et inverser la tendance. Si vous dites « Ok, tu as joué ici… bonbonbon… voyons ce que je peux faire avec ça pour te mettre 70 points dans la tête », vous prenez le fait tel qu‘Il Est et vous le tournez à votre avantage avec ce qui Est… (et vous lui mettez 70 points dans la vue…)

Je vous invite à essayer cette petite technique sur des choses simples afin de voir comme l’énergie et le bien-être obtenu est différent et comme le lâcher prise se fait bien plus facilement.

______________________

Pour aller toujours plus loin sur le Lâcher-prise, je vous invite à vous inscrire à la mini session sur le lâcher-prise que j’organise régulièrement par Skype : Suivre ce lien

Découvrez les chroniques de Bérengère sur la Presse Galactique !

[widgets_on_pages id= »COPYRIGHT »]

Print Friendly, PDF & Email

Partagez sur: