Précédent
Suivant

La liberté n’est ni ombre ni lumière !

par Kevin Ataael 

  Chères lectrices et chers lecteurs, je vous salue.

 

  Aujourd’hui, un grand nombre de personnes sont en quête de cette fameuse liberté intérieure ou si vous préférez de cette JOIE ou encore de cette PAIX intérieure que de nombreux êtres « lumineux » emploient et partagent à tout bout de champ sans pour autant comprendre la notion fondamentale qu’elle évoque en chacun de nous.  

 

  Bien souvent, un sentiment de liberté peut s’avérer trompeur, il peut être en réalité, un simple ornement égayant un peu plus votre prison intérieure. Autrement dit, une impression de liberté n’est ni plus ni moins qu’un autre masque. Un masque si lumineux qu’il peut vous aveugler et vous plonger dans une forme de « croyance bienveillante » accompagnée de ses différents principes, mais aussi d’une morale esclavagiste saupoudrée d’irrationalité.

 

  Comment une morale bienveillante ou lumineuse peut-elle être esclavagiste ? Pour comprendre cela, il faut porter son attention sur l’élevage agricole que j’ai pu étudier étant plus jeune. Un berger à deux modes d’élevages principales :

 

→ Le premier consiste à élever les moutons en bergerie et à les engraisser sans que le troupeau puisse paître à l’extérieur. Il est constamment amené à se nourrir de fourrage séché (foin, luzerne, avoine…) sans avoir la possibilité de voir le jour, ni même de transhumer dans les alpages.    

 

→ Le deuxième mode d’élevage appelé système herbassier consiste à faire pâturer les brebis dans différents champs, forêts… Qu’il pleuve, qu’il vente ou qu’il neige, les moutons sont continuellement à l’extérieur, mais toujours sous la surveillance du berger avec son chien ou dans les filets (clôtures électriques qui s’enroulent et qui s’alimentent par une batterie de voiture).  

 

  Bien que l’on remarque un élevage plus respectueux que l’autre, le troupeau reste tout de même esclave dans les deux cas. Je tiens aussi à préciser que cet exemple ne fait aucune référence à une insulte envers quiconque, simplement que le cerveau aime imager les éléments pour les comprendre plus aisément. 


La première situation représente ce qui suit : l’homme est plongé dans l’obscurité, il voit, fait ou vit des événements tragiques, de souffrances, de violences, d’oppressions, de manipulations… qui, par de multiples dissuasions (règles, lois, interdictions…) maintiennent une non-liberté. Cet auto-enfermement donne naissance à diverses frustrations intérieures et de cette frustration apparaît les impulsions et les compulsions (consommations abusives, anarchie, travail excessif, destruction…) dont il devient esclave et, qui bien évidemment possède différents degrés propres à chaque expérience. Puis à un moment donné, il réalise qu’il y a un autre sens à la vie, un sens beaucoup plus profond que d’être un simple humain esclave de son auto-destruction et que pour le découvrir, il ne tient qu’à lui-même de se libérer de ces schémas internes, cela dépend uniquement de lui-même. 

 

  Donc, nous arrivons au deuxième exemple qui évoque ce qui suit : après un certain « travail » d’introspection, après certaines transgressions de règles conformistes de l’auto-enfermement, de ses auto-interdictions. L’homme en question s’est reconstruit, il a repris goût à la vie et il aperçoit pour la première fois un autre aspect de son monde intérieur. Il ressent une sensation de légèreté, de béatitude… Il se sent libre, du moins c’est ce qu’il pense. Car en réalité, du fait de son expérience traumatisante au sein de son ombre, son système de protection que l’on appelle « Ego » se refuse et s’interdit de revivre, de revoir ou de réenvisager la possibilité d’une quelconque négativité. Pour ainsi dire, il ne souhaite plus en entendre parler et il cherche toutes sortes de solutions pour écarter les « ténèbres » présentes en lui-même. C’est à cet instant que la course à la bienveillance commence, que le masque « lumineux » fait son entrée et créer consciemment ou inconsciemment une « guimauve spirituelle » parsemée d’irrationalité qui complexifie l’existence : « l’Univers est amour inconditionnel… mais la négativité est interdite ? »  Donc, l’homme est devenu l’esclave d’une moralité bienveillante, d’une moralité bien-pensante qui a tendance à l’aveugler de l’évidence même.

 

  Comme pour l’élevage ovin, que ce soit dans la malveillance (l’ombre) ou dans la bienveillance (la lumière). Bien qu’un côté soit d’apparence plus agréable que l’autre, vous ne pouvez jamais être véritablement libre, vous répondez continuellement à une moralité de l’un ou de l’autre et vous êtes esclave de celle-ci. Lors d’une discussion avec un ami, il vint à me poser une question pertinente

« Si, tu t’interdis de tuer quelqu’un, es-tu vraiment libre ? » Donc, soit vous prétendez être libre de toutes interdictions et n’hésitez pas à tuer un passant de manière à satisfaire à vos impulsions, soit vous répondez à une morale bienveillante, vous interdisant de tuer qui que ce soit, et vous allez jusqu’à refuser l’idée même de l’acte.

 

  Il est dit que répondre à la haine par la haine ne fait qu’entretenir la haine, mais il est aussi dit que si vous choisissez un clan, vous devenez l’adversaire de l’autre, donc, vous maintenez une dualité. Quant à ma réponse, elle est totalement neutre et au risque de vous choquer, la voici : 

 

« S’il s’avère que c’est la seule possibilité, je n’hésiterai pas à tuer une personne sans la moindre culpabilité et sans pour autant m’en réjouir. Par contre, je n’irai pas tuer une personne dans la rue par simple plaisir »

 

  Cela demande une auto-honnêteté, un courage sans fin, une lucidité hors paire… pour comprendre et accepter que si vous cherchez uniquement à être lumière, l’ombre prendra diverses formes et viendra automatiquement à vous-même pour procéder à un équilibrage, à une harmonisation… Ce qui m’amène à briser la croyance que les anges, les archanges, les membres de la confédération… ainsi que l’Univers ne sont pas uniquement lumière, mais bel et bien neutre ! Dans un atome, il existe le négatif (électron), le positif (proton) et le NEUTRE (neutron) et cet ensemble, il est en vous-même, c’est par le neutre que l’harmonie du bien et du mal s’effectue.

Quand vous êtes dans cet état de neutralité, vous n’êtes ni bienveillant ni malveillant, vous êtes les deux simultanément et vous pouvez vous adapter plus facilement selon la situation et SURTOUT SANS AUCUN ATTACHEMENT PERSONNEL. Car, si vous remettez en place une personne, cela peut s’avérer un « mal faire » qui donnera une évolution et à l’inverse, vous pouvez courir vers votre enfant au moindre petit bobo, cela paraîtra comme un « bien faire » qui accompagnera une involution par diverses peurs en plus d’une dépendance de l’enfant vis-à-vis de ses parents.


Avant de clore cet article, je tiens à préciser un point important : dès lorsqu’il n’y a plus aucune interdiction, cela ne fait pas de vous une personne immorale, mais un être en unité qui développe une perspective évolutive en toutes choses selon son degré de neutralité. Et quand vous êtes en harmonie avec vous-même, qu’il n’y a plus aucune interdiction, il est logique que vous n’envisagiez pas de faire du mal à un simple passant pour vous amuser sauf si la nécessité se présente (agression, vole…). De plus, un ego qui n’a plus rien à transgresser, il ne transgresse pas, il s’est réunifié à sa véritable nature qu’est la NEUTRALITÉ ! 


Pour conclure, : « le positif et le négatif ne sont pas des illusions, contrairement à ce que l’on croit, ils existent bel et bien, car l’Univers est constitué d’atomes, mais il est plus rassurant pour l’humain qui a tendance à extra-polariser l’un ou l’autre de refuser le rationnel en prétendant que le bien et le mal n’existent pas ! »

  

Pour ceux qui le souhaitent, vous pouvez me rencontrer les 7 et 8 avril 2018 du côté de St-Raphaël dans le Var (83)

à l’atelier : « les 12 clefs Unificatrices à Soi » 

  

 » Il avait fermé les yeux pour ne pas voir le mal sur cette terre et

c’est ainsi que le mal l’a trouvé, sans défense « 

Ernst wiechert.

 

Merci à vous tous !

 

 

Retrouvez les chroniques de Kevin Ataael sur la Presse Galactique

PARTAGE

Vous êtes invités à reproduire cet article pour le retransmettre en incluant ceci :
« Chronique trouvée sur lapressegalactique.org »

 

Print Friendly, PDF & Email

Partagez sur:

Précédent
Suivant

LE REPLAY DE CE SÉMINAIRE EST DISPONIBLE À PRIX RÉDUIT