Précédent
Suivant

On voudrait bien… mais ne peut pas ! Se plaindre est parfois aussi instinctif que de parler. L’ennui ? Geindre ne résout rien, ne fait pas avancer, ne soulage personne… et pire, entretient les pensées négatives, attirant des personnalités tout aussi négatives.
Ambiance gâchée, moment passé, humeur assombrie, terminé ! Cette fois c’est décidé, place aux pensées positives et au verre à moitié plein, en dix astuces faciles pour arrêter de se plaindre.

1.     Râler en silence

Le premier pas est souvent le plus complexe… On garde ses plaintes pour soi ! Tant qu’on ne les formule pas, elles ne s’ancrent pas dans la réalité. D’ailleurs, cesser toute pensée négative serait impossible… le but est de les convertir en positif, ou de les laisser passer sans leur accorder d’importance !

2.     Penser à autre chose
La journée s’est mal passée ? Résultat, on ne pense plus qu’à ça. On patauge dans nos idées noires, on ressasse nos griefs… et on fait tout, sauf avancer ! Mieux vaut changer de sujet, lire un livre ou aller au cinéma.

3.     Voir plus grand
Quand la vie déraille, difficile de voir plus loin. Et pourtant, quels que soient le grand drame ou la petite frustration, la vie continue ! Ce qui pèse un jour ne pèsera plus le lendemain, ou dans un mois, ou l’année prochaine. Alors finalement, même quand ça fait mal, ce n’est peut-être pas si grave que ça…

4.     Changer son vocabulaire
Dehors, le lexique négatif ! Vous n’avez pas « échoué », vous avez « appris ». Vous ne « devez » pas faire quelque chose, vous « allez » le faire. Les mots ont une influence démesurée sur nos perceptions, même quand ils restent dans notre tête : changer de mots, c’est changer notre façon de voir.

5.     Prendre sa vie en main
C’est LE secret des gens qui ne se plaignent jamais : ils assument ! On n’attend pas que les choses se passent, on se prend en main, on améliore tout ce qui peut l’être et on accepte ce qui ne peut pas l’être. Quand on cesse de s’expliquer ou de se justifier, on se plaint beaucoup moins… on agit, simplement.

6.     Faire des listes
C’est le fameux principe du verre à moitié plein, plutôt qu’à moitié vide : toute situation présente un bon côté ! Avant même de râler, on prend un papier, un crayon, et on fait la liste de ce qui va bien, de ce qui nous réjouit, de nos réussites, des petits bonheurs de la journée, des perspectives heureuses à venir, des personnes auxquelles on tient… Tout ce qui nous fait repasser de l’autre côté de la force.

7.     Relativiser
D’accord, on a raté un entretien. Ok, on s’est fait larguer. Comme des millions d’êtres humains sur terre au même moment, dont une bonne partie ne savoure pas la moitié de ce qu’on a la chance d’avoir : au strict minimum, un pays en paix, de l’eau courante et de l’électricité, internet, à manger et une éducation.

8.     Cesser de subir les émotions
Il n’est pas question de contrôler ce que vous ressentez, mais de ne plus vous laisser submerger. Certaines plaintes découlent d’un vrai mal-être, d’autres d’une simple frustration. On analyse avant de geindre, on raisonne et on détermine avec la logique, non avec les émotions, si honnêtement, vraiment, il y a de quoi se plaindre…

9.     Faire le ménage dans son entourage
Arrêter de se plaindre quand on est entouré de gens qui se plaignent est impossible. La bonne méthode ? On leur explique notre but, notre envie de changer. On évolue ensemble, on se soutient et on s’inspire… et on tient à distance ceux qui nous font replonger !

10.  Ne pas laisser grandir les problèmes
On veut arrêter de se plaindre, pas renfermer ses émotions pour imploser en bout de course. Les gens positifs ont des problèmes, eux aussi ! Leur truc ? Prendre en main les ennuis dès qu’ils pointent le bout du nez. On parle, on explique, on cherche des solutions : une démarche constructive empêche les pensées négatives de s’installer.

Source: http://www.fourchette-et-bikini.fr/

Print Friendly, PDF & Email

Partagez sur:

Précédent
Suivant