Précédent
Suivant
Toile colorée d'une jeune femme hypersensible
par Nadine Descheneaux
Si on vous a déjà dit «Arrête donc de t’en faire avec ça!», «Tu prends tout trop à coeur!» ou «Voyons, tu t’en fais bien trop!» ou si vous avez souvent l’impression d’être submergé par vos émotions, il se pourrait que vous soyez hypersensible.L’hypersensibilité touche environ 20 % de la population. Donc, dans un bureau comptant 10 employés, il y aurait peut-être déjà 2 hypersensibles. Vous n’êtes donc pas seul. Ce trait de caractère peut, toutefois, vous compliquer la vie. Vous vous sentez toujours sur la corde raide et êtes souvent submergé par les émotions. Tout vous touche, tout vous atteint, tout vous perturbe. Tout… mais parfois aussi, un rien y arrive aussi. C’est pourquoi votre entourage vous perçoit comme quelqu’un d’intense – voire même excessif – et à fleur de peau. D’autres fois, les hypersensibles sont perçus comme des gens introvertis, car ils aiment le calme à l’excitation, la solitude aux grands rassemblements et la lenteur aux situations qui exigent des réflexes ou des décisions rapides. Aussi, les hypersensibles ne réagissent pas qu’émotionnellement : leur corps aussi est très réceptif et surréagit, parfois. En vous, tout circule rapidement. Les stimulus sensoriels et corporels sont exacerbés. Un frôlement n’en est plus un : il est tout simplement agressant. Le pire, c’est que vous ne savez pas toujours ce qui vous fera réagir. Vous marchez constamment sur un fil.

Apprivoiser votre hypersensibilité

Vous n’avez pas à changer ni à « gérer » votre hypersensibilité. C’est un état que vous devez apprivoiser, tout simplement. Aussi, il serait néfaste d’essayer de réprimer votre sensibilité, car vous ne vous en sentirez pas mieux.

1. Accepter sans culpabiliser

Au lieu de croire que c’est un problème, voyez les aspects positifs de votre hypersensibilité. Elle peut vous amener à avoir des relations solides avec les autres, vous êtes intuitifs et créatifs, etc. Il est nécessaire de vous déculpabiliser. C’est un de vos traits de caractère comme d’autres sont timides, colériques, etc.

2. En faire une force

Votre capacité à être empathique peut faire de vous un stratège efficace dans une entreprise. Votre habileté à veiller au bien-être de tous peut faire de vous un bénévole exceptionnel. Voyez ce qui peut devenir une force pour vous et pour ceux qui vous entourent.

3. Trouver une façon de vous détendre

Les hypersensibles sont souvent des angoissés et des personnes nerveuses ou stressées. Normal : il s’en passe des trucs dans leur tête et dans leur cœur. Essayez plusieurs techniques visant à retrouver votre calme et à cultiver un état d’esprit serein. Vous trouverez celle qui vous fait du bien. N’ayez pas peur de recommencer votre recherche ou de varier les approches au gré de vos besoins. Soyez à l’écoute de vous… pour une fois! Être bienveillant envers vous-mêmes vous aidera à être mieux.

4. Faire le ménage dans les émotions

Être capable de se mettre à la place des autres, c’est bien, mais vous n’avez pas à vous laisser absorber par toutes les émotions (et les problèmes!) des autres. Personne ne vous demande de les prendre en charge. Vous devez continuer à être empathique sans porter sur vos épaules le poids des soucis des autres. Vous devez apprendre à faire la part des choses. Vous pourriez tenir un journal intime pour évacuer votre trop-plein émotionnel et éviter ainsi de rester submergé par toutes ces émotions qui deviennent paralysantes au quotidien.

Source: http://www.canalvie.com/

 


Je pense qu’au début, cela peut être un peu déconcertant. Et si l’intensité s’y met aussi, alors cela peut effrayer. Je dirais qu’il faut d’abord traiter toute forme de peur par rapport à l’hypersensibilité, par rapport à cette ouverture de tous les sens de perception. Que ce soit la peur d’être influencé par des « êtres qui sont dans le service à soi » et qu’on ne peut voir ou, la peur physique face à quelqu’un pouvant se matérialiser devant nos propres yeux. Notre corps physique n’aime pas ça du tout ; je peux l’affirmer à partir de ma propre expérience. Nous n’aimons pas non plus, entendre des voix par nos propres oreilles lorsqu’on ne voit personne. Nos corps n’aiment pas ces choses là. Il importe donc de traiter les peurs du corps physique et ce, à tous les niveaux également, et s’assurer que le corps physique sait qu’il est en sécurité, qu’il n’y a pas de menaces aux environs et qu’on s’occupe de lui. – Inelia Benz

Source: https://ineliabenz.com/

Traduction La Presse Galactique

 

Print Friendly, PDF & Email

Partagez sur:

Précédent
Suivant

LE REPLAY DE CE SÉMINAIRE EST DISPONIBLE À PRIX RÉDUIT