Inelia Benz

En faisant semblant, nous rendons une situation possible dans la vraie vie. Les enfants le font naturellement, et les animaux le font quand ils jouent. Ils font semblant de faire ce qu’ils ont besoin de faire, ou envie d’apprendre comment le faire, quand ils grandissent.

En faisant semblant, nous mettons les mains dans le champ des possibilités infinies, qui est l’espace entre les pensées, et la zone entre les particules à l’intérieur de chaque atome. Nous produisons quelque chose qui n’existait pas avant dans nos esprits. En faisant semblant, nous nous donnons la permission de surpasser « ce qui est réel », « ce qui est possible », et « ce qui est faisable », et nous lui permettons d’exister dans notre imagination, nos écrits, nos dessins, nos jeux et dans nos conversations.

Imaginez, faites semblant, écrivez ou dessinez une vie sans peur. VOTRE vie. A quoi ressemblerait-elle ? Que feriez-vous ?

Je considérais cela moi-même, et la première chose qui m’est venue à l’esprit était que je « regarderais plus ». J’adore regarder, j’adore observer. Devoir être une personne publique pour élever la conscience, l’autonomie et l’éveil sur la planète est un programme chargé, et pouvoir simplement regarder est devenu une priorité peu importante. Mais, comme je me livrais à mon jeu de faire semblant que le monde est SANS PEUR, mon boulot d’élever la conscience et d’élever les vibrations de la planète était accompli. Je n’avais plus qu’à Observer, Regarder, Explorer. Et c’était une chose fascinante, en et par soi-même.

En janvier 2010 on m’a demandé de me rendre publique, je ne savais pas pourquoi. Ni même pourquoi moi. Il m’a semblé que ceux qui avaient été enrôlés pour faire ce boulot avaient été exclus du jeu et que j’étais le dixième plan de secours. J’avais cette impression car je suis quelqu’un de réservé, qui préfère voir et observer, plutôt que d’être vue et observée. Et en particulier Inelia Benz n’a pas d’intérêt et n’existe vraiment pas. Il n’y a rien à voir.

Et cette semaine, comme je faisais semblant de n’avoir AUCUNE PEUR dans ma vie, j’ai vu que c’était ce qui m’a permis de devenir publique. C’était non seulement parce que je ne faisais pas attention au fait d’être vue, ça ne provoquait rien en moi, ni ne comblait un désir ou un manque, et ce qu’il y avait d’énergie dissonante dans le fait de devenir publique était en rapport avec le paradigme du « je, moi, et moi-même », et je n’avais rien de tout cela, mais aussi parce que j’adorais être l’observateur.

Comme nous nous éloignons du paradigme Sauveur/Agresseur/Victime/Martyr, le besoin d’avoir des sauveurs et guides, ou des déités et de focaliser notre attention dessus, n’est plus nécessaire. Toutes les informations dont nous pourrions jamais avoir besoin sont déjà disponibles. Et si ce n’est pas encore le cas, beaucoup de gens travaillent à les rendre disponibles. Si quelqu’un veut vraiment trouver quelque chose, il le peut. L’époque du gourou ou du yogi qui « donne » une expérience de l’illumination aux autres est révolue. Ce qui nous reste, c’est le ressouvenir et les points de vue multiples. Quand il y a plus de points de vue différents sur le même sujet, nous pouvons accéder à davantage sur ce sujet.

Le nouveau rôle de ceux qui dans le passé ont initié des groupes, des religions, et autres, est de simplement inciter l’audience à regarder ce que l’orateur voit, regarde, explore, et non lui-même – l’orateur. Une personne de l’audience peut aller et venir à volonté, écouter et explorer de nouvelles visions avec différents orateurs à volonté, et quand tout a été vu, il ou elle peut accéder de même à une nouvelle vision, commencer à parler et exprimer cette vision afin que les autres puissent faire l’expérience de ce nouveau point de vue eux aussi. Dans cette nouvelle structure, l’orateur devient sans intérêt.

Et de faire semblant de vivre dans un monde sans peur m’a fait réaliser que NOUS POUVONS COMMENCER MAINTENANT. Avec deux personnes ou plus regardant dans la même direction, ou ayant la même intention, nous instituons un « accord » à un certain niveau dans la construction de la réalité que nous appelons le monde physique.

Une des « lois » de la réalité physique, est qu’elle existe au moyen d’accords. Un accord se manifeste en mesures, programmes, croyances culturelles, médias sociaux, religions, et toutes sortes d’autres choses encore.

Pour l’instant, notre réalité est remplie de peur. La peur est partout, dans chacun des aspects de notre vie. Néanmoins, c’est juste un « point de vue ». Une expression énergétique des attachements, de la survie, et de l’évitement. Certaines personnes croient que « la peur est nécessaire pour survivre ». D’autres pensent qu’il est normal de la ressentir mais d’agir quand même, et oui, c’est une façon de commencer à dissoudre la peur, car nous réalisons que le ciel ne nous est pas tombé sur la tête quand nous avons fait ce dont nous avions peur, mais cette méthode peut être longue et ardue, et peut avoir des revers. D’autres essaient de la supprimer, ou de la repousser, ou s’en cachent dans des bulles de lumière. Mais en la repoussant, nous la renforçons. Alors nous la traitons. Et cela marche vraiment, vraiment bien au niveau personnel. Plus la peur est résolue en la traitant, plus nos vibrations deviennent élevées et plus notre conscience s’expanse.

Et maintenant en faisant semblant que notre vie est sans peur, et ensuite que notre monde est sans peur, nous introduisons une possibilité de nouveau paradigme dans la conscience collective humaine.

Ainsi c’est ce à quoi ressemblait ma vie, et c’est ce que j’ai décidé de faire différemment : j’ai décidé de regarder maintenant et ne pas attendre jusqu’à ce que nous ayons fini notre boulot sur la planète. Je veux regarder, et je vous invite à regarder là où je regarde simplement parce que c’est fascinant et plus nous serons à regarder plus nous pourrons dévoiler, découvrir, et nous souvenir.

Pendant ce mois, prenons du temps, même quelques secondes, à regarder la « réalité » de vivre une vie personnelle et sur une planète sans peur.

Prenez un stylo et un papier et exprimez de quoi VOTRE vie a l’air SANS PEUR.

Qu’en dites vous ?

Source: ascension101.com

Traduit par Louise Racine pour la Presse Galactique

AUSSI DISPONIBLE ICI

Partagé par la Presse Galactique

Le Quotidien qui Réunit

Print Friendly, PDF & Email

Partagez sur: