Précédent
Suivant

Extrait de l’excellent article de notre ami Laurent Pouply : CME, Impact Énergétique, Émotionnel & Spirituel

” Les fréquences de la résonance Terre/Ionosphère forment une onde coincée dans la cavité d’air comprise entre la surface du sol et l’Ionosphère qui se répercute sans fin.

En fait, cette pulsation se nourrit de l’activité électrique des orages (à l’échelle du globe, il y a près de 300 éclairs à la seconde) mais aussi du vent solaire et de ses rafales de photons à hautes énergies qui viennent en permanence caresser les couches les plus hautes de notre atmosphère, l’électrisant progressivement et saturant la haute atmosphère de charges électriques qui constituent l’Ionosphère.

Selon R.Miller « le champ magnétique » entourant la Terre peut être comparé à un gel assez ferme.
Lorsque nos corps se déplacent et vibrent, ces mouvements sont transmis à l’environnement et vice-versa. Lorsque nous sommes normalement debout sur le sol, nous sommes « à la Terre » au sens électrique du terme …

Alors nos corps agissent comme de vidanges pour le champ électrostatique et déforment les lignes de force. Rappelons que le champ humain possède ainsi son propre champ électrostatique autour de lui, des lignes de champ résultant de diverses réactions biochimiques dans le corps ; le Bio champ qui en résulte, nous accouple au champ isoélectrique de la planète.

IL Y A UNE RELATION HARMONIQUE ENTRE LA TERRE ET NOTRE CORPS/ESPRIT

Cette Résonance Schumann peut être considérée à juste titre comme « la voix de la planète ».
Le champ isoélectrique de basse fréquence de la Terre, le champ magnétique terrestre et le champ électrostatique de notre corps sont étroitement entrelacés.

Ainsi, nos rythmes internes interagissent avec les rythmes externes influençant ainsi notre équilibre, les schémas REM, la santé, la concentration mentale.Il semble que les ondes RS régulent nos horloges internes, agissent sur les schémas Sommeil/Rêve/Éveil/Sécrétion Hormonale.

En fait, les rythmes et les pulsations du cerveau humain sont le reflet de ceux de la cavité terrestre qui fonctionne comme un conducteur d’ondes. Cette cavité terrestre est une cavité « résonante » formée par l’ensemble Ionosphère/croûte terrestre.

Ces particules ionisantes provenant de la Troposphère s’organisent en champs d’énergies de très haut potentiel électrique. Cette activité électrique donne naissance au chaud et au froid, sec/humide, pression/dépression, aux orages et aux éclairs.

Des éclairs qui forment tout autour de la Terre un Réseau Électrique nécessaire aux échanges ciel/terre sous forme d’informations électriques polarisées. Le Pr. LEROY considérait que « l’univers est un immense édifice formé d’étages vibratoires » Pour le Pr. TOURNAIRE « tous les corpuscules (électrons, protons, neutrons.) sont des singularisations de l’énergie ».

En fait, les mondes physiques et psychiques sont solidaires parce qu’ils sont de même essence ; pareil pour l’homme dont le psychisme est parent du psychisme de la matière, puisque que esprit et matière sont les faces opposées et complémentaires de la même énergie.”

Source de l’article dans son contexte : https://www.linvisible.fr/…/cme-impactes-%C3%A9nerg%C3%A9t…/

 DOUCHE MÉTÉORIQUES “RADIO-ACTIVE” :

DÉTECTION D’ÉCHOS RADAR TRÈS PUISSANTS

” Les débris de la comète de Halley a provoqué des échos radar très puissants dont certains provenant des réflexions radar de la Lune.” La Suite du bulletin …

INFLUENCE DES ÉLECTRONS SUR LE SIGNAL RADIO

 

En général, les ondes radio sont affectées par la présence d’électrons.
Plus il y a d’électrons dans le chemin de l’onde radio, plus le signal radio sera affecté.

Le contenu total en électrons (TEC) dépendra donc de l’heure locale, de la latitude, de la longitude, de la saison, des conditions géomagnétiques, du cycle solaire & de son activité ainsi que des conditions de la troposphère.

La propagation des ondes radio est affectée par l’ionosphère.
La vitesse des ondes radio change lorsque le signal passe à travers les électrons dans l’ionosphère.

IONOSPHÈRE

L’ionosphère est comprise entre 80 et 600 km dans la haute atmosphère de la Terre.
C’est l’endroit où le rayonnement solaire provoque l’ionisation et crée une couche d’électrons qui peut affecter les systèmes terrestres.

En raison de la variabilité spectrale du rayonnement solaire et de la densité de divers constituants dans l’atmosphère, la densité de l’ionosphère change en conséquence.

D’autres phénomènes solaires, tels que les fusées éclairantes des éjections du Soleil, et les changements dans le vent solaire et les tempêtes géomagnétiques ont également une incidence sur la charge de l’ionosphère.

VENT SOLAIRE

Le vent solaire s’écoule continuellement vers l’extérieur du Soleil et se compose principalement de protons et d’électrons dans un état connu sous le nom de plasma.

Les différentes régions du Soleil produisent un vent solaire de différentes vitesses et densités. Les trous coronaux produisent un vent solaire à haute vitesse, allant de 500 à 800 kilomètres par seconde.

Les pôles nord et sud du Soleil ont des trous coronaux importants et persistants, de sorte que des latitudes élevées sont remplies de vent solaire rapide.

Dans le plan équatorial, où la Terre et les autres planètes orbitent, l’état le plus commun du vent solaire est un vent de vitesse lente, avec des vitesses d’environ 400 kilomètres par seconde.
Cette partie du vent solaire forme la feuille de courant équatorial.

Pendant les périodes de silence, la feuille actuelle peut être presque plate.
Au fur et à mesure que l’activité solaire augmente, la surface solaire se remplit de régions actives, de trous coronaux et d’autres structures complexes, qui modifient le vent solaire et la feuille actuelle.

Parce que le Soleil tourne tous les 27 jours, le vent solaire devient une spirale complexe de hautes et de basses vitesses et de densités élevées et faibles qui ressemble à la jupe d’une ballerine tournante (voir figure).

Lorsque l’énergie solaire à grande vitesse dépasse le vent à vitesse lente, elle crée quelque chose comme une région d’interaction corotante.

Ces régions d’interaction consistent en un vent solaire avec des densités très élevées et des champs magnétiques forts.

Au-dessus de la feuille actuelle, le vent solaire à plus grande vitesse a généralement une polarité magnétique dominante dans une direction et en dessous de la feuille actuelle, la polarité est dans la direction opposée.

Au fur et à mesure que la Terre se déplace à travers cette jupe de ballerine en évolution, elle se trouve parfois dans la feuille de courant héliosphérique, parfois au-dessus et quelque temps en dessous.

Lorsque le champ magnétique du vent solaire change de polarité, il est une forte indication que Terre a traversé la feuille actuelle.L’emplacement de la Terre par rapport à la feuille actuelle est important car les impacts sur l’espace sont fortement tributaires de la vitesse du vent solaire, de la densité du vent solaire et de la direction du champ magnétique intégré au vent solaire.

Note perso : Puisque les vents solaires spiralent autour et à l’extérieur du Soleil agissant comme une centrifugeuse, nous subirions ces vents même si des trous coronaux ou des éjections de masse coronale ont lieu de l’autre coté de la couronne solaire.

RAYONNEMENTS COSMIQUES GALACTIQUES

Les rayons cosmiques galactiques (GCR) sont la source de fond de particules qui, énergétiquement, varie lentement et fortement et bombardent constamment la Terre.

Ces rayonnements proviennent de l’extérieur du système solaire et sont probablement formés par des événements explosifs comme la supernova ou un magnétar. Ces particules hautement énergétiques consistent essentiellement en tout élément allant de l’hydrogène, représentant environ 89% du spectre GCR, à des traces d’uranium.

Les noyaux de ces particules sont entièrement ionisés, ce qui signifie que tous les électrons ont été dépouillés de leurs atomes. Pour cette raison, ces particules interagissent avec les champs magnétiques et EN sont influencées.

Les champs magnétiques forts du Soleil modulent le flux et le spectre des rayons cosmiques galactiques sur Terre.

De plus, nous sommes entrés dans le cycle d’un minimum solaire.
En l’absence de nombreuses éjections de masse coronale et de leurs champs magnétiques correspondants, les particules des rayonnements cosmiques galactiques pénétrants ont un accès plus facile à la Terre.

Ces particules chargées se déplacent à des grandes fractions de la vitesse de la lumière et ont une énorme énergie. Lorsque ces particules frappent l’atmosphère, de grandes douches de particules secondaires sont créées, certaines atteignant même le sol.

Source : http://www.swpc.noaa.gov/phenomena

Cette source, administrée par la NASA, vient juste de publier un communiqué coïncidant étrangement avec un évènement solaire attendu au 10 mai, jour de la pleine lune.

Dommage, faudra aller pécher sur d’autres sources  ;-) :

Migration des opérations en raison d’une panne planifiée “?”
Publié : vendredi 5 mai 2017 15:38 UTC

Opérations de SWPC migreront temporairement vers son site de production alternatif le 08 mai en raison d’une panne d’électricité “prévue” sur le site principal.

Produits et services sont programmés pour la transition vers le site principal, le 15 mai. Une brève interruption aux produits et aux données peut se manifester pendant chaque période de transition.

Source: http://samstory.free.fr/

Print Friendly, PDF & Email

Partagez sur:

Précédent
Suivant

LE REPLAY DE CE SÉMINAIRE EST DISPONIBLE À PRIX RÉDUIT