Print Friendly, PDF & Email

J’ai rencontré tant de soeurs et tant de frères, sur le chemin de la Grâce. Aujourd’hui, j’ai envie d’honorer leur douce présence sur cette Terre à travers ces mots même si rien de ce que je pourrai écrire ne saura témoigner de l’immensité de ce que chacune de ces relations d’âmes éveille en moi.

A chaque fois que je respire, eh bien c’est aussi leur existence que je respire et que j’imprime en moi. Comme le parfum de toute chose.

Cette vie pour moi c’est une route du Coeur, un chemin fait d’aventures incroyables, toutes remplies d’un amour et d’une reliance aussi grandes et grandioses que l’espace.

A tous ces êtres qui nourrissent de près ou de loin la magie de mon Univers intérieur de part leur simple essence dispensée au sein de Gaïa, n’oubliez jamais la pureté de ce que vous êtes et que vous n’avez jamais cessé d’être. A tous ces êtres que je n’ai pas encore rencontrés dans cette incarnation physique, à ceux que je ne rencontrerai jamais et aussi à ceux que je ne recroiserai plus dans cette densité, je veux vous dire que vous êtes tout aussi purs et tout aussi grands !

Je rends grâce pour ce que la vie façonne en moi à travers la multitude de nos regards échangés et la profondeur de nos Destins croisés… Sans vous tous, la Vie ne coulerait pas en moi. Sans l’amour de votre âme et sa soif de me guider, quelle lumière aurait bien pu jaillir de moi ?

Mes frères, mes sœurs, ma famille d’âme éparpillée au quatre vents, vous êtes ce qui me compose et me structure. Vous êtes des guides, des gardiens et des anges dont je n’aurais même pas pu rêver tant chaque découverte, chaque rencontre a réveillé mon souffle de Vie et pénétré de son énergie primordiale la moindre de mes cellules, fissurant celles-ci jusqu’à leurs noyaux afin que croissent un amour et un feu toujours plus créateurs et toujours plus profonds en moi.

Vous ma famille « essence-ciel » dont certains ne savent même pas que je suis de ce monde ainsi que vous qui ne faites plus partie de ma vie, en tous cas de mon quotidien, en vérité je sais que dans l’un-visible je suis continuellement au près du cœur de chacun, ainsi que de celui de ceux qui n’ont pas souhaité me reconnaître ou dont le lien est tacite, entendu, et qui dorment dans cette incarnation. Et puis il y a encore tous les autres, tous ceux avec qui l’on partage l’énergie de la Source de façon fluide, authentique et de façon unique avec chaque entité.

Mes frères, mes sœurs, mes étoiles qui brillez dans mon cœur, ensemble ou séparément nous avons pleuré et nous avons ri de la vie. Parfois on s’est déchiré (c’était toujours pour mieux s’ouvrir, pour mieux (s’)aimer), parfois on s’est procuré une tendresse à en couper le souffle. Je suis morte et je suis rené mille fois grâce à vous, Divines lumières. Peu importe la nature de nos liens au présent, je suis en paix avec ce qui est et je porte en moi la conscience que, d’une manière ou d’une autre, l’amour coule constamment entre nos cœurs, tout comme vous me rendez maîtresse de mon émanation au sein de ce Multi-vers (les directions étant multiples et notre âme ayant tous les choix; les possibilités sont infinies).

Sans vous mes éclaireurs Célestes comment aurais-je appris à libérer ma liberté ? Comment aurais-je pu jouir des profondeurs, de l’ultime, des mystères et du Sacré ? Vous êtes mon temple, mes rivières et mes mondes secrets et je sais que la Grande Mère vous bénit tout autant que je vous chéris.

Grâce à vous mes semblables, que vous soyez reconnectés ou non avec l’intensité de votre flamme, que vous m’aimiez ou pas, j’apprends à aimer aussi fort et transcendant que l’Océan qui berce notre monde.

A vous mes parents d’éternité, mon origine, mes entrailles, pour qui je nourris un élan aussi puissant que la force indomptable de l’allégresse et du vent, je vous ressens si fort en moi que des larmes d’amour me viennent. Car lorsque vous vibrez, je vibre et lorsque vous avez mal, j’ai mal.

Et à toute l’humanité, j’aimerais pouvoir exprimer qu’il n’y a jamais trop d’amour, ni trop de dévouement, alors à chaque âme qui vit, recevez mon Amour. A toi qui lit ces lignes, ainsi qu’à toi qui ne les lira pas, je t’envoie toute l’intensité et le merveilleux qui me relie à la vie. Qui que tu sois et d’où que tu viennes, je t ‘Aime. Qui que tu sois, ta peine est ma peine, ta joie est ma joie, ton vœu est mon vœu et de ton Destin dépend le mien. Nous ne sommes jamais séparés… Nous Sommes Un… Nous Sommes…

À tous et à chacun, merci d’être, tout simplement !

.

Marie Le Pennec

Utilisez le lien Contact pour communiquer avec moi !

Découvrez mon site web : marie-soins-energie.com

et ma page FB: ICI

Me contacter <==> Mes Chroniques

Partagez sur: