Précédent
Suivant

Un texte de Karine Lacoste

C’est l’aboutissement de plusieurs années d’efforts et de dizaines de nuits blanches pour cette résidente de Gatineau.

« Je vais pleurer de joie quand ça va sortir », lance celle qui a inventé ce petit convertisseur qui utilise la technologie Bluetooth.

Son produit, qui peut soit recevoir ou transmettre un signal audio, a toutes sortes d’utilités. On peut par exemple y brancher n’importe quels écouteurs ou haut-parleurs afin d’écouter à distance la musique téléchargée sur un téléphone intelligent.

Si je joue de la guitare, je vais vouloir le mettre en mode transmission et je pourrai mettre jusqu’à sept haut-parleurs pour recevoir le son.

Stéphanie England, présidente et inventrice, E9 Audio

Le E9 audio branché dans un amplificateur.
Grâce à son invention, Stéphanie England peut jouer du piano et transmettre le son sans délai ni perte de qualité à son amplificateur. Photo : Radio-Canada

L’inventrice découvre encore de nouvelles façons de l’utiliser. Un photographe pourrait ainsi s’en servir comme télécommande pour prendre des photos à distance avec un appareil photo Bluetooth.

Ce qui distingue notamment le E9 Audio et qui s’avère intéressant pour les musiciens, c’est que cet appareil assure une qualité de son optimale.

C’était le nerf de la guerre pour Stéphanie England alors qu’elle travaillait sur son invention. Elle soutient qu’un audiophile saura reconnaître à l’oreille la différence entre des fichiers MP3, WAV ou FLAC, alors qu’avec les autres technologies Bluetooth, on perd les nuances du son. Elle a aussi prévu un micro de qualité supérieure qui peut être utilisé pour enregistrer le son provenant d’une guitare acoustique.

Une inventrice aux aptitudes impressionnantes

Adepte de technologie, Stéphanie England est une créatrice dans l’âme. Photo : Radio-Canada

Adepte de technologie, Stéphanie England est une créatrice dans l’âme. Autodidacte à bien des égards, elle a toujours aimé fabriquer ou réparer des objets. Elle a notamment été inspirée par son père qui « bricolait tout le temps », raconte-t-elle.

Lorsqu’elle se bute à quelque chose qui n’existe pas, elle l’invente, tout simplement. Pour elle, les solutions viennent intuitivement.

Pourquoi E9? « E » comme l’initiale de son nom, et 9, un clin d’oeil au numéro qu’elle portait sur ses jerseys de basket-ball et qui lui a souvent porté chance.

Stéphanie England est maintenant membre Bluetooth, ce qui veut dire qu’elle fait partie des 35 000 entreprises dans le monde qui peuvent contribuer à développer cette technologie.

Très peu de Québécois sont membres Bluetooth, et encore moins des femmes. « Je suis habituée d’être LA fille », admet avec modestie celle qui a étudié en génie mécanique au Cégep de l’Outaouais, avant d’entreprendre un baccalauréat en génie informatique à l’Université du Québec en Outaouais.

L’importance du brevet

Soucieuse de ne pas se faire voler son idée, Stéphanie England a mis au point sa technologie en consignant ses idées et ses tests dans un cahier de notes.

Elle a aussi effectué toutes les démarches pour protéger sa propriété intellectuelle et détient présentement un brevet en instance.

C’est beaucoup de formalités, c’est beaucoup de trucs légaux, mais c’est très important, parce que là, ça protège l’idée.

Stéphanie England, présidente et inventrice, E9 Audio

« Je me suis dit : « OK, si mon idée a beaucoup de potentiel, ça vaut peut-être la peine de la protéger » », explique la jeune inventrice. Même si les démarches étaient complexes, le jeu en a valu la chandelle.

Des plans et devis du produit.
L’entreprise ENIN9 Inc. détient un brevet en instance pour la technologie mise au point par Stéphanie England. Photo : Radio-Canada

Une entreprise américaine a copié son produit et lancé une campagne Kickstarter un mois avant la fin de la sienne. « Ils n’ont pas encore livré le produit, je pense qu’ils ont de la misère au niveau technique », dit-elle en riant.

Elle reçoit ce plagiat avec un brin de fierté.

Je le vois comme une flatterie, ils ont imité mon invention, donc ils voyaient le potentiel. Je me suis dit : « Parfait, ça confirme mon hypothèse. »

Stéphanie England, présidente et inventrice, E9 Audio

« Dans tous les cas, dès qu’ils les envoient aux gens, nous on va pouvoir leur demander des redevances », soutient Stéphanie England, qui augmentera ainsi les revenus de son entreprise.

Le E9 Audio bientôt sur les tablettes

Les quelque 1000 personnes qui se sont procurées le E9 en prévente devraient le recevoir d’ici le début 2019. Le produit se retrouvera aussi bientôt sur les tablettes des grands magasins d’électronique.

Les occasions d’affaires qui se présentent à Stéphanie England sont nombreuses et son entreprise pourrait bien valoir des millions de dollars d’ici quelques années. La jeune femme de 24 ans s’est entourée d’une petite équipe, qui grandira au rythme du succès de l’entreprise.

De gauche à droite, Nicole Arrage, gestionnaire médiatique; Halernst Jean-Baptiste, stratège marketing; Guillaume Danis-Bertrand, secrétaire général; et Stéphanie England, présidente et inventrice. Absents sur la photo : Carl Lacasse, trésorier-comptable; Thamila Faradji , assistante en recherche et développement; et Meriem Chouakri, technicienne informatique.

De gauche à droite, Nicole Arrage, gestionnaire médiatique; Halernst Jean-Baptiste, stratège marketing; Guillaume Danis-Bertrand, secrétaire général; et Stéphanie England, présidente et inventrice. Absents sur la photo : Carl Lacasse, trésorier-comptable; Thamila Faradji , assistante en recherche et développement; et Meriem Chouakri, technicienne informatique. Photo : Keegan Boulineau

Au-delà de sa commercialisation, le E9 Audio a énormément de potentiel. Des entreprises prestigieuses ont contacté son inventrice pour qu’elle les aide à concevoir leurs produits.

Je pourrai ouvrir des portes à distance, faciliter la vie des gens handicapés. C’est infini parce que je fais juste réutiliser mon code que j’ai déjà inventé.

Stéphanie England, présidente et inventrice, E9 Audio

Une chose est certaine, beaucoup de travail attend Stéphanie England. Heureusement, cette jeune passionnée est motivée à relever les beaux défis qui se présentent à elle.

www.e9audio.com

Article trouvé sur https://ici.radio-canada.ca/

powered by Advanced iFrame free. Get the Pro version on CodeCanyon.


SE FAIRE CONNAÎTRE

La Presse Galactique est heureuse de rendre son réseau disponible à tous ceux et celles qui désirent faire connaître leurs aptitudes, leurs dons, leurs réalisations et leurs projets. Le nouveau monde n’est pas quelque chose qui doit venir un jour; le nouveau monde c’est nous qui nous exprimons à travers notre vraie nature, en toute simplicité et authenticité. Voilà enfin une tribune libre pour nous propulser et mettre en action aujourd’hui le service que nous sommes venus rendre sur cette planète.

Pas besoin d’avoir un titre, une maîtrise ou d’être habile en écriture, on va vous aider avec ça, le plus important est d’être authentique et vrai dans ce que vous désirez faire connaître.

CLIQUEZ ICI POUR PLUS D’INFOS SUR LE PROGRAMME SE FAIRE CONNAÎTRE

Print Friendly, PDF & Email

Partagez sur:

Précédent
Suivant

LE REPLAY DE CE SÉMINAIRE EST DISPONIBLE À PRIX RÉDUIT