Suite de la partie 1

par Georgi Stankov

La peur de la mort biologique est le principe vécu de la séparation sous sa forme propre.

Si les gens reconnaissaient et intériorisaient profondément qu’ils sont des personnalités immortelles qui vivent non seulement après la mort, mais aussi chaque nuit, pendant la phase du sommeil, dans les royaumes 7F de créations, d’où ils planifient et coordonnent leur vie dans l’espace-temps 3D de la terre, leur peur de la mort serait une fois pour toutes éliminée et ils pourraient s’écrier « mort, où est donc ta faux ? » fidèle à la Bible. En même temps, le système de santé actuel, tel qu’il est pratiqué dans le monde occidental, disparaîtra une fois pour toutes, parce qu’il repose exclusivement sur la peur agnostique de tous ceux qui sont impliqués de la finalité de la mort.

C’est l’une des principales raisons pour laquelle je vais d’abord m’élever en tant que médecin. Ce processus convaincra d’abord le peuple de l’immortalité de l’âme et de la personnalité incarnée et lui enlèvera sa peur de la mort. Ce n’est qu’alors que l’ensemble du système de santé et de l’industrie pharmaceutique s’effondreront et disparaîtront de la scène sous leur forme actuelle. J’ai déjà décrit ce scénario futur dans mon livre populaire sur le droit universel, publié en 1998 en bulgare.

La peur de la mort biologique chez les patients se manifeste de diverses manières et évoque une pléthore d’attitudes et de comportements qui s’intensifient dans leurs rapports avec les médecins. Dans de nombreux cas, cette peur est si bien camouflée qu’on ne peut la voir au premier coup d’œil. Comme la plupart des médecins sont actuellement à l’opposé des bons psychologues, ils ne voient pas la nécessité de faire face aux peurs de leurs patients, bien que celles-ci, comme nous l’avons déjà dit, soient la cause de toutes les maladies.

Le manque de connaissances psychologiques des médecins est l’expression de leur agnosticisme scientifique, qui est aussi le produit de leur structure de peur. Comme je l’ai dit, non seulement la plupart des patients, mais aussi la plupart des médecins sont des âmes immatures, dotées d’une structure de peurs prononcées, pour laquelle le système de santé actuel a été spécifiquement créé afin de projeter les peurs sur elle et de les vivre dans diverses connexions karmiques. En même temps, j’ai expliqué la dépendance mutuelle et désastreuse dans laquelle se trouvent aujourd’hui médecins et patients.

Pourquoi une personne tombe-t-elle malade ? Plus précisément : « Quand une personne décide-t-elle qu’elle est malade et devient un patient en allant chez le médecin ? À mon avis, cette question n’a pas encore été traitée correctement par qui que ce soit, bien qu’il existe un certain nombre de livres sur le sujet. À ce stade, je dois revenir un peu en arrière pour faire comprendre au lecteur le contexte mental de la maladie.

La plupart du temps, dans une vie terrestre, le corps humain est dans un état optimal d’interférence constructive. Pendant ce temps, la régulation biologique se déroule sans heurts et, si les besoins physiologiques ne sont pas pris en compte, passe largement inaperçue par la conscience quotidienne. Cette condition est communément appelée « santé ». Le corps est, pour ainsi dire, en « état de grâce » et connaît son impeccabilité. La plupart des enfants vivent dans cet état de grâce dans leur corps de façon spontanée et naturelle jusqu’à ce qu’ils grandissent et commencent à pleurer et à s’inquiéter pour leur santé.

Puisque « Tout ce qui Est » consiste en l’énergie organisée de – l’Esprit – ceci s’applique aussi à tous ses sous-ensembles. Chaque système spatiotemporel a sa propre connaissance de son état énergétique (voir aussi Monadologie de Leibniz). Ceci est particulièrement vrai pour l’organisme biologique créé par le logiciel astral de l’âme à partir des énergies des royaumes 7F-de créations et continuellement maintenu en vie : A chaque instant, il y a un échange d’énergie entre l’énergie astrale à haute fréquence et la matière organique du corps et vice versa selon la conservation de l’énergie et l’unité d’espace-temps.

Le logiciel astral de l’âme pour la régulation du corps est un système extrêmement complexe et intelligent : il doit simultanément traiter, ajuster et corriger d’innombrables données d’entrée et de sortie afin que le corps reste dans son état de grâce, c’est-à-dire sain. L’efficacité de ce logiciel unique de l’âme dépasse toutes les conceptions humaines et dépasse de loin la capacité de tous les ordinateurs interconnectés sur Internet. La conscience quotidienne très limitée de la personnalité incarnée ne peut percevoir cette performance de l’âme et considère l’état de grâce du corps comme une sorte de « repas gratuit ». Ce n’est que lorsque le corps quitte cet état que l’esprit perçoit pour la première fois consciemment que « quelque chose ne va pas avec le corps ».

A ce stade, l’esprit humain apparaît pour la première fois au stade de la prise de décision et revendique immédiatement et catégoriquement sa propre compétence – exercer la souveraineté décisionnelle sur l’état du corps – dont l’esprit n’est pas en mesure de faire, comme expliqué ci-dessus. Je viens de décrire la naissance de l’idée de la maladie et de la médecine.

Chaque organisme a son propre programme de développement, qui s’exprime spontanément, d’une manière indescriptible, harmonieuse et naturelle. Le corps humain du nouveau-né a encore un grand besoin de protection, mais il jouit de spontanéité et de certitude quant à son développement futur, qui ne peut être décrit que comme un état de grâce. Plus tard, les habiletés motrices sont développées, puis le corps commence à grandir jusqu’à ce qu’il connaisse une poussée de croissance importante à la puberté.

Ce temps est simultanément rempli du développement de la psyché et de l’esprit, car divers modèles de peur et de croyances non réfléchies sont absorbés de l’environnement avec l’aide de l’âme et deviennent une partie intégrante de la personnalité. C’est un important mécanisme d’adaptation aux besoins de la vie sociale dans les limites connues de la dimensionnalité 3D. L’encapsulation psycho-énergétique de la personnalité avec des couches de peur est largement complétée par l’âme peu après la puberté. Equipé de cette armure de la peur, elle peut maintenant se concentrer pleinement sur la vie dans ce monde.

Dans les premières années de la vie, le contact avec l’âme est encore largement ouvert et les enfants vivent leur intégrité physique et leur protection de l’âme de manière naturelle et spontanée. Après la puberté, jusqu’à la 5ème décennie, l’amnésie anxieuse de la personnalité incarnée est maintenue sur un haut plateau.

La « ménopause » n’est donc pas seulement une reconstruction physiologique significative de l’organisme, mais surtout une réduction progressive de l’amnésie. Au cours de cette période, de nombreuses croyances, convictions, comportements et peurs greffés, que la personnalité a accumulés tout au long de sa vie, sont progressivement réduits afin d’augmenter le taux de vibration du corps biologique ainsi que celui du corps émotionnel et mental.

Cette augmentation de fréquence est provoquée par de fortes polarisations, qui se manifestent par des sentiments contradictoires et des pensées contradictoires au niveau opérationnel de la psyché et de l’esprit. Pour cette raison, la ménopause est extrêmement pénible d’un point de vue psycho-mental et conduit souvent à des crises de la vie et des dépressions, qui ne sont qu’une manifestation de la transformation de l’âme intérieure du corps émotionnel et mental.

Au cours de cette reconstruction, le corps biologique doit également changer secondairement, car les trois corps sont des systèmes d’ondes superposés qui se contiennent les uns les autres comme un seul élément (poupées Russes) et sont en interférence constructive les uns avec les autres. La médecine conventionnelle et l’opinion publique ne voient que les changements physiologiques du corps et interprètent tous les effets secondaires psycho-mentaux comme une conséquence de la « dégradation physique pendant la vieillesse ». Cela met la connexion causale à l’envers. Toutes les croyances scientifiques et ordinaires sur la santé et la maladie sont tissées à partir de ce tissu.

Des processus similaires, mais beaucoup plus intensifs, ont également lieu pendant le processus du corps léger. J’ai discuté de ces processus dans la Gnose et dans mes autres écrits philosophiques.

Pour cette raison, la ménopause est une période très stressante, surtout pour les femmes, car les changements physiologiques et psycho-mentaux sont généralement plus sévères pour elles que pour les hommes. Cette circonstance explique un fait démographique qui a reçu peu d’attention et qui n’est toujours pas compris aujourd’hui. Au cours des 2000 dernières années, la plupart des femmes n’ont pas beaucoup vieilli. Elles sont mortes d’une infection post-partum ou d’une autre maladie avant même d’avoir atteint la ménopause, parce que la transformation psychologique-intérieure durant cette période a été extrêmement épuisante pour la personnalité incarnée et très peu d’âmes ont eu le courage de subir ces tensions. Il en va de même pour le processus du corps léger.

Ce n’est qu’au siècle dernier que l’espérance de vie a augmenté rapidement, de sorte que nous observons plusieurs générations de femmes, dont la majorité atteignent l’âge de la ménopause et restent sur terre pendant plusieurs décennies pour ancrer ces changements spirituels dans leur vie et dans la société après avoir réussi à les surmonter. Cette tendance résulte de l’augmentation rapide de la proportion d’âmes mûres et âgées dans la population au cours des dernières décennies, juste avant le saut évolutif. Seules de telles âmes sont capables de supporter et de faire face à la transformation mentale et psycho-mentale de la ménopause.

Les âmes plus jeunes sont généralement épargnées par ce type de transformation, qui représente une évolution énergétique accélérée de la personnalité incarnée, puisqu’elles ne sont pas encore prêtes à subir une transformation aussi massive à ce stade du développement de l’âme. Pour cette raison, l’espérance de vie dans le Tiers Monde est très faible, généralement en dessous de l’âge de la ménopause, parce que la plupart des âmes qui s’y incarnent sont des âmes de bébés et d’enfants et ont l’assurance de quitter la vie très tôt.

Il convient de mentionner ici que certaines de ces transformations nécessaires qui font progresser l’évolution de l’âme incarnée au cours de son cycle d’incarnation peuvent être effectuées dans les états incarnés et désincarnés des royaumes 7F de créations. La deuxième méthode est la plus douce, de sorte que beaucoup d’âmes préfèrent cette variante. Il y a là un large espace de liberté créatrice que l’âme peut revendiquer comme sa propre responsabilité et en consensus avec les autres âmes impliquées.

Ces raisons énergétiques astrales du développement démographique de l’humanité sont complètement inconnues de l’épidémiologie et de la sociologie, de sorte qu’elles n’ont aucune valeur épistémologique en tant que sciences empiriques.

Ces considérations sont très importantes parce qu’elles éclairent la transformation astrale-énergétique continue du corps humain pendant toute la durée de la vie et tout au long du cycle de l’incarnation. Ces changements nécessaires répondent souvent à la définition médicale commune d’une maladie au niveau du corps. C’est précisément pour cette raison jusqu’ici méconnue que de nombreux états corporels naturels sont définis comme des « maladies » dans la société pseudo-rationnelle, extrêmement manipulatrice et suggestive d’aujourd’hui…

À suivre…

Extrait de False Views on Health and Disease par Georgi Stankov

Traduction la Presse Galactique

Partagé par la Presse Galactique

Le Quotidien qui Réunit

Print Friendly, PDF & Email

Partagez sur: