…ou est-elle en train de se trouver ?

par Frank Hatem

Tous les voyants sont au rouge. Les plus éveillés et les plus informés se terrent avec leur famille pour survivre en autonomie. L’extinction est semble-t-il en cours, déjà bien avancée. Vous le savez, vous l’avez entendu, vous le voyez. Finis les insectes sur le pare-brise. Les oiseaux, les sauterelles, les hérissons, si vous en voyez un, vous le préservez en photo avec votre smartphone dernière génération (qui a détruit la vie de dizaines d’enfants pour arriver jusqu’à vous). Les palmiers s’enflamment spontanément par 65 degrés à l’ombre dans certains pays, mais tout va bien, il y a des robots et des drones partout, des insectes électroniques pour polliniser les OGM, des canettes d’oxygène en promo chez Bayer. La prospérité des ennemis de l’humanité est assurée.

Mais en fait tous les voyants sont au vert. Les enfants font la grève de l’école pour réveiller les esclaves, et en fait ils s’incarnent en masse avec des niveaux de conscience qui nous laissent pantois, les gilets jaunes ne désarment pas tous malgré la répression sauvage, les corrompus sont sur la sellette, tout se dit, tout se sait, et « la lumière commence d’éclairer jusque sous le boisseau » ».

Quant aux Extraterrestres (nous sommes des extramartiens), ils commencent à se dire que finalement, tout n’est pas à jeter dans cette humanité, on va peut-être pouvoir commencer à échanger.

Quand s’en vient l’apocalypse, tous les espoirs sont donc permis.

C’est la « lyse ». La chenille (il en reste au moins une) est sur le point de devenir papillon, et entre les deux étapes c’est indéfinissable et angoissant. Pour nous, l’Ère des Révélations (« apocalypse » signifie « révélation ») c’est tout aussi angoissant. On se demande si on va mourir affreusement ou si on va vivre un paradis. C’est aussi l’Ère de notre révélation à nous tous, comme se révélait l’image sur le papier-photo. On va enfin se révéler à nous-mêmes.

Des révélations on en connaît tous les jours. On n’y fait plus attention. Les discours politiques écolophiles se révèlent poudre aux yeux pour retarder les choses et ne rien faire pendant qu’on signe tous les traités écolocides. On finira bien quand même par réagir. Les crimes contre la planète comme contre l’humanité nous sautent aux yeux sur tous les réseaux sociaux (à la télé il ne faut pas trop en demander), et bientôt les crimes sexuels organisés sont sur le point de ne plus être impunis.

 

Elle se transforme sec, notre planète.

Mais il ne s’agit pas de haine ni de jugement. « Ce que l’homme ne comprend pas par la sagesse, la souffrance le lui enseigne ».

C’est même un passage obligé. Difficile de grimper dans la Cinquième Dimension avec nos propres casseroles aux chevilles.

Or c’est bien de cela qu’il s’agit. La « lyse » est indispensable dans le cas de l’humain pour dépasser l’humain pour entrer dans la Cinquième Dimension qui nous est promise depuis longtemps.

Et qu’est-ce que dépasser l’humain ?

L’humain est le mental de la planète. Pendant ce temps, l’animal en est l’émotionnel, le végétal en est l’éthérique, et le minéral en est le physique. Tout cela est détaillé dans le premier volume de « Au-Delà du Quantique » aux Editions Ganymède.

Qu’y a-t-il au-dessus de l’humain ?

Immédiatement au-dessus il y a le « Supramental » collectif. C’est le niveau de conscience du Règne immédiatement supérieur à l’humain. Evidemment on ne le voit pas puisqu’on ne peut être conscient que des niveaux vibratoires que l’on a déjà expérimentés. Il y a des raisons à cela. C’est pour cela qu’on ne voit pas les anges etc. Sauf exceptions. Pourtant ils sont bien ici. Eux nous voient mais nous nous ne les voyons pas en général. Toutes ces Dimensions, tous ces Règnes, sont des « poupées russes », et chacun passe, au fil des millénaires, d’un sarcophage à l’autre. Chaque Règne sert à permettre aux individus qui le composent d’acquérir les enseignements nécessaires pour passer au niveau immédiatement supérieur.

Bien sûr cela ne se fait pas sans changement de corps. D’autant plus que (on le comprendra aisément avec la « Pyramide de l’Evolution » dans l’ouvrage cité ci-dessus) plus on évolue, moins on est nombreux. C’est tout à fait obligatoire, ce n’est pas prétentieux ni égotique de le penser, PUISQU’IL N’Y A QU’UN SEUL ESPRIT (on a déjà démontré tout cela dans nos anciens articles sur la Presse Galactique). Chacun d’entre nous est le même Être mais n’en assume qu’un aspect, et c’est la somme de l’ensemble de nos conscients, de nos univers personnels, qui constitue cet Être tout entier.

Il n’y a qu’un seul Être, cela n’est pas du tout une hypothèse ou une opinion, et cet Être se trouve réparti dans une multitude de conscients dont le nombre diminue au fil de l’évolution, puisque évoluer, c’est se rendre compte de plus en plus qu’on est UN, et que la multitude est illusion.

Cet Être, c’est SOI. Non pas en tant qu’ego, mais en tant que conscience. Tout cela vous paraîtra très clair lorsque vous aurez pris le temps d’étudier la question (évidemment encore dans le livre cité, on ne peut pas tout répéter dans chaque article).

Plus on grimpe dans les Dimensions, plus on s’aperçoit qu’on est moins nombreux. Un peu comme avec notre corps on se prend pour un seul « être » alors qu’on est constitué de milliards de cellules qui chacune se prend pour un seul « être » jouant son rôle personnel, en ignorant totalement l’individu qu’elle contribue à constituer.

Eh bien c’est ainsi pour tous les Règnes : il faut beaucoup de minéraux pour faire le végétal, beaucoup de végétal pour faire l’animal, beaucoup d’animaux pour faire un homme, et beaucoup d’humains pour faire un… « Mânassien ».

Le « Mânassien » est l’individu qui s’identifie à Mânas (en Sanskrit c’est le Supramental) au lieu de se croire un humain comme c’était le cas dans son passé mental, réparti en beaucoup d’individus humains (« Mânassien » est le terme utilisé à l’Université Francophone de Haute Métaphysique et Métaphysique Opérative).

Dans la Cinquième Dimension, c’est toujours soi, et on est toujours un individu parmi d’autres, mais ces individus mânassiens sont évidemment beaucoup moins nombreux que tous ceux qui se croyaient des humains et les constituent. On ne peut pas dire « extraterrestres » ou « anges » car ni les uns ni les autres ne sont forcément représentatifs de la Cinquième Dimension. Cela dépend. Passée la condition humaine, lorsqu’on arrive dans la Cinquième Dimension, on se prend toujours pour soi, mais on s’aperçoit qu’on est moins nombreux que le Règne antérieur.

Le Mânassien est donc évidemment collectif par rapport à l’humain, tout comme chaque humain est constitué de l’énergie mentale de beaucoup d’animaux. Les animaux aussi ont un mental, mais moins élaboré, seulement partiel. Il faut qu’ils s’y mettent à plusieurs pour constituer un mental d’humain. Inconsciemment bien entendu, tout comme les végétaux ignoraient que leurs émotions associées finiraient par constituer l’émotionnel d’un seul animal. Le mental des végétaux est évidemment encore plus ténu, mais il n’est pas inexistant. Il n’est inexistant nulle part. Rien n’apparaît jamais s’il n’est en germe depuis le début. S’il y a l’illumination et la Paix à l’arrivée, la conscience supramentale, c’est qu’elle existe déjà, embryonnaire, dès le départ, c’est-à-dire même dans la particule atomique qui sont bien sûr en nombre incalculable par rapport aux minéraux telluriques.

Evidemment, au-delà de Mânas, il y a encore d’autres niveaux d’évolution encore plus collectifs, vous connaissez « Buddhi » et « Atma » notamment. Car il n’y a pas de limite à l’évolution spirituelle. Pour le comprendre, il faut comprendre l’origine de la conscience et il n’y a qu’une seule explication rationnelle de la cause de l’Être à partir du néant (opus cité toujours). On ne peut d’ailleurs comprendre la conscience que si on a compris le BUT absolu, la Nécessité absolue qui engendre toute l’énergie universelle à chaque instant.

Mais restons-en à nos Mânassiens car c’est ce qui nous concerne tous aujourd’hui. Si nous sommes à l’Êre des Révélations, c’est pour passer de la Troisième Dimension à la Cinquième.

Pourquoi pas la Quatrième ? C’est extrêmement simple et vous allez vite comprendre.

La Première Dimension c’est le corps PHYSIQUE qui est minéral et avec très peu de vie et très peu de conscience de soi.

La Seconde Dimension, c’est la vie, précisément. Les échanges liquides et chimiques, autrement dit l’ÉTHÉRIQUE. On passe du minéral au végétal.

Comme on l’a dit, ensuite le végétal se concentre pour se libérer de ses racines et donner l’animal. C’est la Troisième Dimension, le corps ÉMOTIONNEL.

Il n’y a pas de Quatrième Dimension. Ou plutôt c’est une Dimension de passage. En effet, l’humain est un animal aussi longtemps que son mental, qui est fort développé, est régi par son émotionnel. Lorsque l’humain a enfin compris quelque chose à l’existence, son mental n’est plus régi par l’émotionnel très individualisé mais par le BUT, c’est-à-dire qu’il n’est plus retenu vers le bas par les intérêts égotiques. Il est irrémédiablement tiré vers le haut. Il a pour cela un choix à faire qui est LIBRE. Qui dépend de sa capacité à entendre les enseignements de la vie et de son intuition.

Tant qu’il résiste et préfère vivre dans la concurrence et l’égotisme, il fait partie du monde animal. Même si bien sûr les animaux sont pur amour tout comme les végétaux et les minéraux d’ailleurs. Cela n’a rien à voir, ce n’est pas un jugement.

Le mental humain (Quatrième Dimension) n’est donc qu’un passage fugace. La condition humaine est très brève. On reste beaucoup moins longtemps un humain qu’on n’est resté même un animal. Le mental sert à faire le choix le plus rapidement possible, en quelques vies ou dizaines de vies : je reste en arrière ou je m’élève. JE CHERCHE A RECEVOIR L’AMOUR OU JE CHERCHE A LE DONNER. Autrement dit je suis l’ego ou je suis le SOI. Car le Soi (la conscience) est l’unique source de tout amour en chacun, tandis que l’ego, ce sont des personnalités séparées faites pour RECEVOIR l’amour.

Evidemment tout le monde vit les deux aspects de l’Être en même temps, mais le choix doit néanmoins être fait. Je cherche à accumuler, par attachement à l’ego, et au détriment de l’autre, ou je suis prêt à sacrifier cet ego par amour de l’autre. Facile de classer nos hommes politiques…

C’est normal que l’homme politique en général soit un accumulateur de privilèges plutôt qu’un sage au service de son peuple, puisque c’est le mental le plus égotique qui a pour fonction de chercher le pouvoir le plus possible et est prêt à tout pour l’obtenir. A l’inverse, ceux qui sont déjà évolués n’ont pas les armes pour conquérir le pouvoir. Leur mental est déjà trop élevé. Mais heureusement il y a et il y a eu et il y aura des exceptions. C’est au peuple de discerner et de décider.

Dans la Cinquième Dimension, la question ne se pose d’ailleurs plus.

à suivre demain…

Frank Hatem DSD

Découvrez mon site: www.hatem.com/ et ma page FB. Pour me contacter ou lire mes chroniques CLIQUEZ ICI !

Print Friendly, PDF & Email

Partagez sur: