Ce livre est publié sur la PG chapitre par chapitre, une gracieuseté de son auteure Hélène Netchitailoff

chapitre 4

 L’incroyable révélation

Le mercredi suivant, Doucio se place au même endroit que la semaine précédente. Quelques nuages traversent le ciel où le soleil est bien présent. De beaux reflets illuminent la rivière. Cette fois-ci, il observe une petite truite qui se faufile entre des pierres au fond de l’eau transparente. Il est content de l’avoir vue. Il s’assoit et pense à son guide dont il ne connait pas le nom.

 

  • Bonjour Doucio. Tu peux m’appeler MACOMBO, dit la voix dans sa tête.
  • Macombo !… On dirait un nom indien, lance Doucio.

 

  • Bien vu Doucio ! Dans ma dernière vie, j’étais indien.
  • Dans ta dernière vie ?
  • Et nous étions ensemble…
  • Quoi ? Nous avons vécu ensemble dans une autre vie ? reprend Doucio, abasourdi.
  • Et oui… confirme calmement Macombo. 
  • C’est impossible de vivre plusieurs fois ! s’exclame Doucio, pensant que Macombo plaisantait.
  • Ah tu crois ? répond  le guide. Et tu penses que tu es sur terre juste pour vivre une fois et hop, plus rien ? Regarde la nature. Observe comment elle fonctionne. Il y a toujours une mort puis une renaissance. Au printemps, tout germe et  bourgeonne, les feuilles se déploient, puis vient l’été, c’est la période de l’épanouissement des fleurs et des fruits, puis arrive l’automne, les feuilles meurent et tombent, puis vient l’hiver où tout semble mort, sauf que le printemps fait renaitre à nouveau les feuilles et ainsi de suite…C’est le cycle de la nature et les êtres font partie de la nature. La mort n’existe pas vraiment et les renaissances font partie du cycle de la vie ! C’est tout simple !
  • Alors on peut vivre plusieurs vies et retrouver des personnes que nous avons connues ? 
  • Tout à fait. Tu choisis ta famille et tes amis avant de revenir dans un nouveau corps de bébé.

 

Plein de questions se bousculent dans la tête de Doucio. Quelle révélation ! Il est troublé ,mais en même temps, rassuré. En fait, la mort n’existe pas !

 

  • C’est exact, Doucio, la mort n’existe pas et c’est pour cela qu’il ne faut pas en avoir peur.  Si tout le monde était conscient de cela, les gens ne seraient pas aussi tristes et angoissés. Ils sauraient mieux vivre comme ont su le faire les Indiens par exemple…
  • Alors, j’ai été un indien ??? 
  • Oui dans ta dernière vie. Tu comprends mieux pourquoi tu as toujours été attiré par les histoires qui concernent les Indiens ? 
  • Ah, c’est pour ça ! Je comprends maintenant …
  • Tu as gardé en toi des mémoires de cette vie où nous étions frères de sang. Mais nous sommes aussi des frères des étoiles…
  • Frères des étoiles ? explose Doucio, tout excité.
  • C’est cela. 
  • Mais je suis né sur la terre ! Je suis un terrien !
  • Pas vraiment. Il y a fort longtemps, tu as pris l’apparence de terrien pour accomplir ta mission ,mais nous sommes tous deux originaires d’un autre monde tout comme de nombreux enfants de la terre. Ils savent au fond d’eux qu’ils ne font pas partie de ce monde terrestre. Ils le ressentent. Parfois même, ils sont tristes. C’est pour eux que tu as cette mission particulière.
  • Mais quelle mission ?
  • Tout d’abord, il te faut accepter qui tu es vraiment et d’où tu viens. Ensuite, tu auras pour mission d’accompagner ceux qui se sentent seuls et perdus sur la terre et tu les aideras à retrouver la mémoire. C’est une mission très importante !

 

Doucio n’en croyait pas ses oreilles ! Son cœur bondissait de joie. Il venait des étoiles et plein d’enfants sur la terre venaient aussi d’une autre planète et peut-être même d’une autre galaxie !

 

  • C’est bien cela. Macombo lisait dans les pensées de Doucio et il poursuit :
  • Il existe de nombreuses planètes dans l’univers qui sont habitées et les êtres qui y vivent sont en parfaite harmonie avec tout leur environnement. Il n’y a pas de guerre ni de luttes sur ces planètes. Ils  ont appris le respect de tout ce qui vit.  
  • Ce n’est pas le cas sur la terre, dit tristement Doucio. Moi, je voudrais que tout le monde s’aime et fasse attention à la nature. Je ne veux pas qu’on maltraite les animaux ! Et il ajoute :

 

  • Quand je vois tous les déchets sur la plage et qu’à cause de la pollution en mer, des dauphins, des oiseaux et plein d’autres animaux meurent, ça me donne envie de pleurer. Pourquoi les adultes ne font pas attention à la nature ? Si je pouvais, je les mettrais tous en prison ! explose en colère, Doucio.
  • Je te comprends, Doucio. Les êtres humains doivent apprendre la grande leçon du respect. Ils doivent également savoir que le hasard n’existe pas ! C’est comme dans la nature, le jardinier récolte ce qu’il sème. Fort heureusement, de merveilleuses personnes font beaucoup pour aider la Mère Terre.
  • Tu dis « la Mère Terre », ça me rappelle un livre sur les Indiens. C’est comme cela qu’ils appellent la terre parce qu’ils pensent qu’elle est vivante. Mais comment les gens vont-ils comprendre qu’il faut arrêter de lui faire du mal ? La nature ne peut pas parler, elle ne peut pas leur dire qu’elle souffre !
  • Tu crois ? Réfléchis bien… Pourquoi y a-t-il autant de tempêtes, d’inondations, de tremblements de terre, de volcans qui se réveillent ? Ne crois-tu pas que c’est le cri de la Mère Terre ?
  • Alors les humains vont souffrir à leur tour pour comprendre qu’il faut arrêter de faire des bêtises ?
  • Ce serait mieux s’ils s’en rendaient compte avant d’être obligés de passer par des épreuves difficiles. Les humains sont un peu comme des élèves qui ne veulent pas apprendre la leçon. Tu sais, la terre est une très grande école ! Il y a des règles de vie à respecter. Il y a des élèves et des enseignants et il ne faut pas croire que les enseignants sont forcément des adultes ! Aujourd’hui, les adultes devraient écouter davantage les enfants qui, comme toi, parlent avec un cœur pur.
  • Si seulement c’était possible… dit tristement Doucio.
  • Oh là ! Hauts les cœurs moussaillon ! Ne te laisse pas aller à la tristesse. Toi et tous les autres enfants des étoiles, vous allez aider à transformer les attitudes des terriens. Ce n’est pas le moment de baisser les bras.  La Mère Terre compte sur vous ! Et tous les guides sont là pour vous aider, alors, brave Doucio, au travail !

 

Doucio retrouve une mine toute réjouie. C’est sûr ! Il faut aider la planète. Il ressent alors une force qui illumine tout son être. Il comprend qu’il n’est pas sur la terre pour rien…

  • Je te laisse Doucio. Tu as eu suffisamment d’informations pour aujourd’hui. Je reviendrai bientôt pour continuer de t’enseigner, mais cette fois, je ne serai pas seul. Je te réserve encore quelques surprises ! 
  • Mais, est-ce que je peux parler de tout cela à mon ami Racio ?
  • Sans aucun problème ! Et d’ailleurs, pour notre prochaine rencontre, ce serait bien qu’il soit avec toi.
  • Trop chouette ! Mais…
  • Oui ?
  • Mais lui ne t’entend pas !
  • Pour notre prochaine rencontre, non seulement vous nous entendrez ,mais vous nous verrez !
  • Lui aussi ?
  • Oui, lui aussi, assure Macombo.
  • Et est-ce que … Doucio allait poser une nouvelle question ,mais Macombo le coupe dans sa lancée.
  • Au revoir Doucio ! 

 

Doucio comprend que Macombo a mis fin à la conversation. Il reste là, assis, immobile. « Je n’ai pas rêvé.  C’est carrément incroyable ! J’ai tellement hâte de retrouver Racio et de voir sa tête quand je vais tout lui raconter ! se dit Doucio ».

À demain pour le chapitre 5

Ce livre est offert aux lecteurs de la Presse Galactique par son auteur: Hélène Netchitailoff

Aussi disponible en format papier sur amazon


Index

  1. chapitre 1
  2. chapitre 2
  3. chapitre 3

Le Quotidien qui Réunit

Print Friendly, PDF & Email

Partagez sur: